CAR SEAT HEADREST : Teens of denial

carseatheadrest_teens

Car Seat Headrest, c’est l’archétype de l’artiste moderne. Un mec qui n’a l’air de rien, qui fait de la musique pour lui, ne s’encombre pas de savoir ce qu’en pense son prochain, et ne fait pas grand-chose pour attirer le regard. Un mec dont la musique s’exporte d’abord par les gens, les vrais (merci d’ailleurs à celui qui me l’a fait connaître), avant de se faire récupérer par un label, qui lui donne des moyens d’ailleurs pas forcément nécessaires pour produire ce vrai premier album. Pas nécessaires pourquoi ? Parce que si sa musique gagne indéniablement en impact et en lisibilité mélodique, si elle s’inscrit plus comme un témoignage d’une génération, elle perd sa véracité, sa vivacité, sa pureté. Un artiste découvert est-il un artiste perdu ? C’est une question cul-de-sac à laquelle je n’ai aucunement l’intention de répondre mais que l’on est en droit de se poser ici comme ailleurs. On s’en fout un peu, d’ailleurs. Ce qui importe en revanche, c’est la qualité de « Teens of denial ». Car Seat Headrest y pratique un rock indé très pop, qui doit autant à la lo-fi qu’à la pop noise. Ce qui nous amène à son influence principale : Pavement. Impossible de ne pas entendre des réminiscences d’un « Stereo » ou d’un « Elevate me later » ici. Et peut-être aussi d’un Nada Surf sur un « Drunk drivers » par exemple. Bref. On a ici un joli travail d’assimilation, car si influences il y a, celles-ci sont digérées et transformées, et donnent naissance à un disque fort agréable qui n’efface jamais la personnalité de son auteur et dont la production, bien heureusement, ne maquille ou prostitue pas non plus celle-ci pour mieux faire passer la pilule. A suivre donc !

Paroles de l’album

Site officiel

Car Seat Headrest : Drunk drivers / killer waves

Related Posts

  • 10000
    Difficile de croire que le trio qu'on entend jouer sur ce premier album nous vient du sud de Londres, car sa musique puise son inspiration ailleurs (outre-atlantique pour être précis) et dans un autre temps (les années 90). Rock alternatif, pop indé, noisy pop sont les mamelles de ce « Weird…
  • 10000
    Un groupe comme Dilly Dally pose question. Parce que le combo de Toronto revisite un genre très couru en ce moment, le rock alternatif / indé nineties. Et si j'apprécie (et paf, j'ai pété le suspense), comme certainement pas mal de gens de ma génération, je me demande si « Sore »…
  • 10000
    Revenu depuis déjà quelques temps à un format plus pop tout en conservant une exigence mélodique dont il ne s'est jamais départi, Doug Martsch, l'homme derrière Built To Spill, offre au monde ce cinquième album du groupe en 2001. Infatigable artisan d'un rock indépendant qui doit autant aux Beatles qu'à…
  • 10000
    Troisième album pour les Pennsylvaniens de Creepoid. Voix détachée, triturations soniques, sonorités distordues, pesanteur rythmique transformant l'espace sonore en étuve, et une certaine idée, tordue mais tout aussi valable, de la pop song : le groupe nous la joue noisy pop, rock alternatif, shoegaze, pop indé, ou plutôt un peu de…
  • 10000
    Si on les a découverts et appréciés grâce à leur single (et carton) "Popular" et l'album "High/Low" qui l'a suivi, il faut avouer que l'on a par la suite gentiment oublié Nada Surf. On y aimait le rock pêchu du groupe, son apparente insouciance... qui se sont émoussés au gré…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *