HATE : Tremendum

Hate est bien moins médiatisé qu’un Vader ou un Behemoth. Mais il continue avec intégrité et passion à proposer un death black metal racé, puissant et riche depuis presque trente ans (ouais, 27, mais on va pas chipoter, si ?). Et ce « Tremendum », dixième album des furieux de Varsovie, ne va pas me faire mentir. « Asuric being » lance les hostilités de façon épique et martiale. La voix bien grasse d’Adam peut facilement être comparée à celle de Nergal, et la musique louvoie entre violence et lourdeur doomisante. La production est carrée et rend raisonnablement hommage au talent des musiciens. Bon, comme beaucoup sur ce genre de disque, j’ai un peu de mal avec le son trop étouffé de la batterie. Mais pour le reste… eh bien, je ne trouve rien à redire sur ces neuf titres (et deux bonus tracks). Chaque élément sonne juste ; les soli sont mélodiques et impeccables, les riffs taillés dans le roc s’enchaînent au bon moment et de la bonne façon… Alors oui, on est en droit de ne pas trouver ça très original, mais il est impossible de ne pas adhérer à un album si bien foutu. « Sea of rubble », « Walk through fire », « Numinosum «  ou un autre, on ne sait pas vraiment quel titre tient la dragée haute aux autres, tous rivalisent de classe et d’efficacité. Allez, maintenant, il est temps de mettre Hate sous les projecteurs et lui donner enfin les moyens de continuer à briller dans la noirceur !

Site officiel

Paroles de l’album

Hate : Numinosum

Related Posts

  • 10000
    Behemoth et son leader sont depuis quelques années déjà une arme de destruction massive doublée d'une formation à l'intelligence redoutable. Une aura qui ne saurait qu'être amplifiée par l'épreuve dont Nergal est sorti victorieux il y a quelques mois. Et c'est encore sans compter sur la qualité de ce dixième…
  • 10000
    Les polonais de Behemoth reviennent tous les deux ans un nouvel album destructeur sous le bras. C'est un fait que l'on a intégré, tout autant que le ras-le-bol du début de semaine de boulot, ou l'augmentation du prix de l'essence ; ça fait partie du paysage. Voici donc le neuvième…
  • 10000
    De plus en plus death, Behemoth poursuit son chemin jonché de cadavres avec un "The Apostasy" plus violent encore que ne pouvait l'être "Demigod", et encore une fois un peu plus brutal death. C'est donc un Behemoth plus cru qui est à l'oeuvre ici. Du moins jusqu'à "Inner Sanctum", titre…
  • 10000
    Amis poètes, si vous aviez été conquis par le précédent méfait de nos polonais préférés, « Zos Kia Cultus », sachez que sur ce « Demigod », Nergal et les siens placent la barre encore plus haut, et nous offrent un album en tous points exemplaire. Un death avec une touche black fluide et…
  • 10000
    Cinquième album pour les parisiens, qui se sont fait connaître par leur mélange black – death pas très porté sur la tendresse mais bien équilibré. Quoi ? Du coup ça vous paraît anodin ? Et bien détrompez vous. Et vous qui pensez qu'en France on arrive pas à la cheville, euh, totalement…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *