INTERPOL : Antics

Interpol-Antics-Frontal

Le premier Interpol m’avait séduit, hypnotisé, paralysé. Sa beauté froide, sa noirceur m’avaient fait traverser des contrées désolées avec un étrange sentiment de déjà-vu. Une impression de chez-soi qui met presque mal à l’aise, le chez-soi dont on rêve de s’enfuir mais auquel on revient toujours. Alors quand ce « Antics » s’est profilé à l’horizon, mon cœur s’est emballé, et j’imaginais mon nouveau groupe fétiche atteindre des sommets jusque-là interdits au commun des mortels. Mais la grosse vilaine voix qui squatte parfois mon cerveau me disait, elle, de me préparer à une grosse déception, dans la grande tradition des deuxièmes albums. Et j’avoue avoir attendu plus que de raison avant de me décider à découvrir la vérité, c’est que cet album ne correspond à aucune hypothèse. « Antics » comporte de très bonnes chansons dans la lignée de « Turn On The Bright Lights », mais recentre souvent (hélas !) le tir vers un rock moins coldwave, moins sombre, sans convaincre pleinement dans ce registre qui ne lui va pas au teint. Certes, les éléments sont les mêmes, la voix de Paul Banks sonne toujours aussi goth, mais ce côté plus léger fait, pour ma part, plus pencher la balance du côté semi-échec que de celui de la semi-réussite.

Paroles de l’album

Site officiel

Interpol : Slow hands

Related Posts

  • 75
    Il y a des jours comme ça. Où on se lève, sort de chez soi, et sur le chemin, on se retrouve nez à papier avec un billet de 50 € (qu’on décide derechef de réinvestir dans la matière première – non, pas la bière, ivrognes ! La musique, bien…
    Tags: de, on, à
  • 75
    Je n'ai pas eu l'occasion d'écouter le premier album de ce projet aux allures de carton annoncé. Pourtant, le CV des participants est assez alléchant ; Jamey Masta d'Hatebreed, et surtout Kirk Windstein (Down, Crowbar). J'avoue que ce nom seul aurait suffi à aiguiser ma curiosité, tant je me retrouve…
    Tags: de, à, on
  • 70
    On ne se lance pas dans l'écoute d'un nouvel album de Massive Attack comme on ouvre son journal du matin. Les Bristoliens se font rares, donc précieux. De plus, chacune de leur sortie du bois a jusqu'ici été synonyme de chef d'oeuvre ; que l'on soit fan du groupe ou…
    Tags: de, à, on, plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *