INTERPOL : Eponyme

interpol interpol

Les New Yorkais d’Interpol étaient parvenus sur « Our Love To Admire » à rattraper leurs poursuivants, et par la même occasion leur retard, dû à un « Antics » trop téléphoné pour convaincre. Ils avaient donc pour mission avec ce 4eme album de maintenir le cap, de renouveler encore un peu leur style pour le faire perdurer, le tout sans se répéter ni perdre son identité. Un challenge que le groupe a bien intégré, et qu’il a tenté de remporter en modifiant certains éléments. Ici, on trouvera donc plus de claviers, quelques rythmiques électroniques, mais surtout une basse moins caractéristique, ce qui n’est pas sans choquer au premier abord. Pour le reste, on est en terrain connu, voir même un peu trop. Les titres se suivent et se ressemblent, présentant des mélodies qui nous rappellent les autres disques du combo, s’attachant à reproduire malgré les petits changements l’atmosphère sombre et dépressive des précédents. Et c’est bien ce qui ressort de ce nouvel opus ; des chansons encore plus noires qu’auparavant, entourés de lourds rideaux noirs imperméables à la lumière. Alors, tout cela serait-il voulu ? Ce côté répétitif, rengaine, ces riffs hypnotiques, lancinants, cette voix encore plus désincarnée et distante ? A n’en pas douter, cet « Interpol » restera une énigme pour bien des amis ou ennemis du groupe. Il faudra le temps de l’apprivoiser, de peser le pour et le contre, de déterminer s’il s’agit d’un renoncement ou d’une confirmation. Moi, j’opterais pour la réponse de normand, y voyant un groupe qui hésite entre la mutation ou l’enfermement. Le souci, c’est que les deux facettes apportent du bon et du mauvais, et qu’on pourra autant être fasciné par certains titres que passablement assommé par d’autres… A chacun donc de faire ses choix, y compris pour Paul Banks et les deux rescapés…

Paroles de l’album

Site officiel

Interpol : Evil

Interpol : Lights

Related Posts

  • 81
    Retour sur le devant de la scène pour l'un des groupes les plus anciens et influents du côté obscur de la scène électro. 23 ans de carrière, ce n'est pas rien, surtout en pratiquant un genre tout de même assez étriqué, j'ai nommé l'electro-dark. Bien sûr, on pourra avancer que…
    Tags: de, à, un, plus, se, groupe
  • 80
    Qualifié de "groupe préféré de ton petit frère" et autres gentillesses du même acabit à la sortie du précédent "Stabbing The Drama", Soilwork a pris la mouche et décidé de durcir le ton sur ce septième album. Plus brutal, plus thrash, mais toujours aussi mélodique au niveau de ses refrains,…
    Tags: de, à, groupe, plus, un, se
  • 79
    Après le New York hardcore, Full Blown Chaos nous fait le coup du New York metalcore. Brutale et sans compromis, la musique de ce premier album s'adresse directement aux plus durs d'entre vous. Car malgré une pointe de mélodie par-ci par-là, les treize titres de ce premier opus sentent la…
    Tags: de, à, un, plus
  • 78
    Enslaved, on le constate depuis quelques années, a choisi le voyage comme ligne de conduite. Plutôt que de se choisir un genre musical personnel et de s'y arrêter, il a choisi d'évoluer par strate, redonnant sa vraie signification au qualificatif « progressif ». Car oui, Enslaved produit de la musique progressive. Pas…
    Tags: de, un, plus, groupe, à
  • 78
    Lacrimosa, entité bicéphale allemande, continue année après année; album après album de jouir du même succès auprès de son public, et même à en acquérir un nouveau par le bouche à oreille ou les critiques (très) favorables. Pourquoi ? Est-ce dû à l'aveuglement de ses fans, prêts à tout accepter…
    Tags: de, à, un, plus, se

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *