6:33 : Deadly scenes

633_deadly_scenes

Troisième album pour les fusionneurs français de 6:33. Et peut-être celui de la consécration. Car pour ces enfants de Faith No More et Mr Bungle (impossible d’en douter, ne serait-ce qu’au niveau du chant de Rorschach), auquel ils ajoutent volontiers Devin Townsend (pour qui ils ont d’ailleurs ouvert) et Carnival In Coal (dont l’un des deux ex-membres, Arno Strobl, est l’un des collaborateurs réguliers). J’ajouterai de mon côté Dog Fashion Disco, avec qui le groupe fait plus que partager des influences. Bien sûr, avec tout ça, on se doute de ce qu’on va trouver sur ce disque ; de la folie, des genres musicaux multiples, une voix élastique, des mélodies par centaines et un sens de la mise en forme certain (pour faire tenir tenir tout ça dans un format ni trop long ni trop court). Bon, là je devrais vous dire qu’il s’agit d’un concept album autour des 7 pêchés capitaux (d’où le jeu de mot « deadly scenes » / « deadly sins »), mais concrètement, je m’en fous un peu. Beaucoup, même. Non pas que ce postulat de départ ne soit pas intéressant (bien que rebattu), c’est juste que moi, ce que je cherche, c’est le frisson de la création, le groove, la rage, la douceur, la poésie, la bizarrerie musicale et un côté fun. Et à mon grand bonheur, « Deadly scenes » remplit parfaitement mon cahier des charges, comblant mes exigeantes attentes et allant bien au-delà, en égalant largement ses modèles. Je n’extrairai pas un titre plutôt qu’un autre ; ce disque est dans son intégralité un excellent crû pour le metal fusion.

Site officiel

Paroles de l’album

6:33 : Black widow

Related Posts

  • 10000
    Deuxième album pour les déglingos clermontois. Cette fois-ci, le combo ne s'emmerde pas à distinguer ses titres, à leur donner une identité propre, se contentant de leur conférer des numéros, comme autant de déclinaisons possibles d'un concept sacrément fuyant. Voyez plutôt : « petit traité de futurologie sur l'homo cretinus trampolinis (et…
  • 10000
    Le metal fusion, au sens large, est un art subtil et délicat. Et extrêmement casse-gueule. Pour autant, je n'ai jamais trop craint (au moins depuis la confirmation du deuxième album) un écueil de la part des fous furieux anglais. Pourquoi ? Parce que, comme je le disais en 2012, Enter Shikari…
  • 10000
    Troisième album pour les fusionneurs français de 6:33. Et peut-être celui de la consécration. Car pour ces enfants de Faith No More et Mr Bungle (impossible d'en douter, ne serait-ce qu'au niveau du chant de Rorschach), auquel ils ajoutent volontiers Devin Townsend (pour qui ils ont d'ailleurs ouvert) et Carnival…
  • 10000
    Pas besoin d'attendre très longtemps pour réaliser qu'on est pas ici en face d'handicapés du manche ; dès l'entame de "Destroy create transform sublimate", on est confronté à une avalanche de notes fleurant bon les heures d'entraînement acharné. Quand le titre déboule, on n'a pas le temps de se dire…
  • 10000
    Attention chef d'oeuvre. Après avoir créé la sensation dans sa patrie natale avec ses deux premiers albums, viré manu militari leur premier vocaliste Chuck devenu trop imprévisible et encombrant, embauché un jeune chanteur talentueux et créé le metal fusion, Faith No More a choisi d'évoluer un peu plus, et d'intégrer…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *