YUNG : Ongoing dispute

Je n’ai pas suivi Yung depuis ses débuts. Je n’attendais pas fébrilement ce deuxième album. Je n’ai même jamais lu une ligne sur le groupe avant de voir son disque débouler dans l’agendas des sorties pour le 22 janvier. Tout au plus j’ai lu qu’il s’agissait d’un groupe danois qui donnait dans le pop rock. Un terme flou, souvent galvaudé, qui veut tout et rien dire. La meilleure façon de savoir ce qui se cache derrière, c’est donc d’aller poser une oreille sur l’album. Ce que je fis (incroyable, non ?). Et donc ? Ah ben ouais, c’est pop rock. Avec un soupçon d’indie rock quand même ; le genre de disque qui ne passera pas forcément la barrière d’une radio grand public, mais se cantonnera plutôt aux fréquences étudiantes, ou aux heures indues, celles des insomnies et des passionnés. Yung n’est pas brit, pas sauvage, pas révolutionnaire, pas rangé des voitures, pas poétique, pas expérimental. Mais il est pop. Peut être trop rock pour certains, trop indie pour d’autres. Et quelque part entre tout ça, il essaie de tracer son chemin. Je peux vous dire qu’il doit pagayer. Parce qu’entre le trop évident et le pas assez, il y a un filin sur lequel les danois ont décidé de faire du moonwalk. Imaginez un peu Pinback, Nada Surf, un groupe de post punk et Ghinzu faire une jam, les amplis réglés par Jay Mascis. Le dawa non ? Et bien, « Ongoing dispute » donne un peu cette impression. On se l’écoute d’une traite, mais on y comprend pas tout. Pourtant, on se le réécoute, juste pour déterminer ce qui en dépasse, ce qui est en trop. Et finalement, on se rend compte que l’oreille s’y fait. Oh, ça reste « un peu trop », ok, mais comme on arrive pas à mettre le doigt dessus, on se dit que c’est pas si mal pensé. Et cette image un peu tristoune, grisâtre, d’un stade abandonné, vidé de sa substance, remplacée par de l’amertume et de la mélancolie, lui va comme un gant. Écoutez un titre comme « Such a man », vous verrez ce que je veux dire. Mais le reste est bien aussi. Une demi-surprise qui fait du bien.

Instagram

Facebook

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Très franchement, je pensais voir Palehound revenir plus tôt, en 2018 même, avec un troisième album en forme de consécration de son écriture indie pop rock sous le bras. Il faut dire que « A place I’ll always go » affichait une petite demi-heure au compteur. Mais non, Ellen Kempner a tout…
    Tags: n, d, a, pop, l, bien, album, indie, indépendante, rock
  • 10000
    En 2018, je découvrais avec joie le premier album des Beths, disque powerpop simple et direct, assez parfait pour l'été. Deux ans plus tard, le groupe néo zélandais remet le couvert... et confirme tout le bien qu'on pouvait penser de lui. Il faut dire qu'entre-temps, le groupe a été adoubé…
    Tags: disque, bien, dire, groupe, album, entre, faire, se, rock, a
  • 10000
    Vous souvenez-vous des héros du rock français ? Il y en a eu quelques-uns, et non, je ne parle pas de Johnny ou Dick. Plutôt de formations comme les Thugs des frangins Sourice, qui ont quand même vu certains de leurs disques sortir sur Sub Pop, ou Daria, autre groupe angevin…
    Tags: rock, a, album, entre, bien, punk, groupe, se, on, aux
  • 10000
    Fassine est un trio londonien qu’il est difficile de définir, employant des éléments électroniques, voir mainstream au sein d’une pop assez légère mais aux contours flous et aux structures équilibristes. Certains les qualifient d’electro pop. Pas d’accord. D’autres de dream pop. Pas d’accord non plus. Eux se définissent comme « alternative…
    Tags: pop, qu, d, on, c, groupe, rock, a, non, bien
  • 10000
    S'ils se sont rencontrés sous d'autres cieux musicaux (le punk hardcore), les membres de Mundy's Bay ont choisi par ce premier album de se réinventer et de s'exprimer au travers d'un indie rock mâtiné de post punk, de l'énergie du rock alternatif et d'une patte mélodique pop. Mundy's Bay ne…
    Tags: punk, se, rock, album, pop, post, indie, indépendante

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.