YELAWOLF : Love story

yelawolf_lovestory

Yelawolf est un mc made in Alabama, influencé à la fois par le rap ricain et par ses racines country / folk / rock, dont il n’hésite pas à jouer. Un peu comme Buck 65, oui, mais avec un profil sensiblement moins indé. Autre info importante, le tatoué est soutenu et produit par Eminem, excusez du peu. J’avoue avoir été positivement impressionné par « Trunk Musik 0-60», et donc découvrir ce deuxième album (si on ne compte pas l’introuvable « Creek water » autoproduit) était donc un passage obligé. Je débute donc l’écoute de « Love story » avec des intentions très louables. Hélas, je vais vite changer mon fusil d’épaule. « Outer space » commence plutôt bien, malgré une intro trop longue (une minute qui n’apporte pas grand-chose), mais finit par un refrain chanté que je trouve indigeste. « Change » tranche un peu plus avec le rap bad boy des débuts en la jouant très pop. Pas mauvais du tout, mais pas très hip-hop. « American you » continue sur la même lancée, en poussant le délire jusqu’à produire une bouse pop/r&b à chanter au coin du feu. « Whiskey in a bottle » renoue avec le rap, en incluant quand même un refrain chanté que j’ai du mal à apprécier. « Ball and chain » est un très court morceau (1mn35) pop folk vain. « Till it’s gone » donne toujours dans la mélasse, « Devil in my veins » est une ballade sombre country-pop… Je me demande ce que je suis venu faire là. « Best friend » voit le parrain Eminem tenter de sauver les meubles, sans grand succès. Je me force à rester encore un peu, mais mon avis est fait. « Empty bottles » le fait un peu vaciller. Certes assez pop, il fait tout de même ressortir les qualités rythmiques du bonhomme. « Heartbreak » rappelle un certain Marshall Mathers sur « The Eminem show ». Fallait-il attendre la 2e moitié du disque pour avoir des titres corrects ? « Tennessee love » suit la même logique mélodique ; ballade country-pop-rap, elle enchaîne d’une manière très logique. « Box chevy V » se la joue plus groovy. « Love story » reprend la logique chanson-rap. Sur « Johnny Cash », Yelawolf rappe sur du Imonster samplé ; quelque chose m’échappe. D’autant plus que « Have a great flight » renoue avec le country-rap assez inspiré. « Sky’s the limit » et « Disappear » suivent le schéma (qui devient gonflant à la longue) des titres post « Best friend ». Enfin, « Fiddle me this » clôt l’album sur une note plus énergique et originale à défaut d’être plus convaincante. Bilan plus que mitigé donc pour un retour que j’espérais beaucoup plus en forme et moins mainstream.

Paroles de l’album

Site officiel

Yelawolf : Till it’s gone

Yelawolf : American youssoupha

Related Posts

  • 10000
    Trop vite parti en retraite, l'enfant terrible de l'Amérique est vite revenu aux affaires, et se montre même furieusement conquérant. Preuve en est ce "Recovery" sorti un an seulement après "Relapse". Eminem s'est entourée des plus grands producteurs du moment et d'invités prestigieux (Pink, Lil Wayne, Rihanna) pour nous présenter…
  • 10000
    Imparable. C'est le mot le plus juste pour résumer ce nouvel album de l'ennemi public numéro deux des américains (eh oui, désolé Marshall, va falloir penser à prendre des leçons de pilotage...). D'ailleurs cette troisième oeuvre est interdite aux moins de 18 ans par le PRMC de madame Gore, copieusement…
  • 10000
    Wow. La dernière claque rap us avant ça, c’était…50 Cent. Obie Trice, deuxième signature du label d’Eminem, Shady, est destiné à prendre le même chemin ; celui d’une gloire rapide et méritée. Dès le premier titre, on est scotché : beat à la Dre, instru vraiment de grande qualité, flow…
  • 10000
    Le bad boy ricain, depuis un moment plus préoccupé par l'entretien de son physique de camionneur et le poids en carats de ses bagouses que par les trafics en tout genre, nous revient pour un quatrième album moins bling bling et plus sombre. Exit donc les titres poppy ou dance…
  • 10000
    Porté par l’excellent single « My Band », ce deuxième album du collectif du grand rappeur blanc a soigné son retour et signe avec « D12 World », un album toujours aussi bon, mais un peu moins potache et dont les détails ont été plus peaufinés. Concrètement, cet album est…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *