WRATH OF THE NEBULA : The ruthless leviathan

Oh non, encore un groupe de death progressif ? Oui, c’est vrai, Wrath Of The Nebula en respecte bien le cahier des charges, et déploie même un thème science-fiction qui s’y rapporte : celle d’une race extraterrestre géante qui a créé la vie sur terre il y a des millions d’années avant d’être déifiée. Oui, mais Wrath Of The Nebula, outre le fait de proposer un style aussi progressif que technique et symphonique, est également formé de fines gâchettes du metal français. Et ça s’entend assez rapidement dès qu’on pose le disque sur la platine : le combo n’a aucun mal à faire la démonstration de toutes les facettes de son talent au sein d’un même titre. Et ce qui est impressionnant avec ce disque, c’est qu’il n’a pas besoin d’étirer ses titres pour ça : même si « The ruthless leviathan » est d’une durée conséquente (on frise l’heure), chacune de ses pistes reste comprise entre 3mn30 et 5mn30, ce qui est très raisonnable. Puissant, lyrique, mélodique, exigeant, c’est un album qui impressionne forcément, et ce dès la première écoute. J’ai lu ici et là des comparaisons avec Septicflesh et Fleshgod Apocalypse. Effectivement, les formations partagent quelques points communs, mais plus dans l’esprit que dans la forme, particulièrement pour la première. Pour la deuxième, les différences sont plus subtiles. Wrath Of The Nebula est plus épileptique, moins ouvertement symphonique et grandiloquent, peut-être plus purement death. Et bon, en plus, il est français, et ça c’est quand même la classe. Et ça veut dire aussi que vous pourrez plus facilement les voir en concert et vous titiller la tignasse en concert au son de « The ruthless leviathan ». Il serait dommage de vous en priver !

Facebook

Instagram

Related Posts

  • 10000
    Au chant, Michael Stanne de Dark Tranquillity. Derrière lui, des gens croisés chez Tiamat et Katatonia ; qu’il le veuille ou non, Grand Cadaver a une bonne gueule de dream team du metal scandinave. Et au service de quel style avant-gardiste et progressif il met tout ça ? « Disanimated » va assez vite…
    Tags: death, metal, a, of, the, plus, disque, progressif, oui, homme
  • 10000
    Ce n'est pas ma première rencontre avec Cattle Decapitation. Donc je sais déjà que ces mecs sont géniaux, et qu'en lançant l'écoute d'un de leurs albums, il faut que je m'attende à tout sauf à ce que je pensais y trouver. Enfin, dans une certaine mesure. Je sais que je…
    Tags: plus, c'est, death, metal, disque, première, a, oui
  • 10000
    Le metal progressif et le metalcore unissent de plus en plus leurs forces ces dernières années, tant et si bien qu'il devient de plus en plus complexe de les différencier. Monuments a centré, presque malgré lui de son propre aveu, ce quatrième album sur la lutte à laquelle nous sommes…
    Tags: plus, a, disque, metalcore, metal, death, amour, fort, durable, homme
  • 10000
    Aephanemer est un quatuor français formé en 2013 à Toulouse, et dont « A dream of wilderness » est le troisième album. Le groupe se distingue depuis ses débuts au sein d’un death metal mélodique à teneur symphonique et épique. Je n’ai jamais eu l’occasion de goûter à sa mixture, en grande…
    Tags: a, of, death, plus, disque, progressif, français, metal, symphonique, amour
  • 10000
    Oceans Of Slumber est une formation texane qui officie dans un style à cheval entre le doom death, le metal gothique et le metal progressif. Et qui possède un bel atout en la personne de sa vocaliste Cammie Gilbert, dont l’organe est à la fois capable de puissance, de douceur…
    Tags: a, death, of, disque, metal, jeune, the, progressif, post-format-image, hard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.