WOVENHAND : Silver sash

« Star treatment » renouait avec la country gothique dont David Eugene Edwards s’était un peu éloigné ces dernières années. « Silver sash » suit le même chemin, et on pourrait même dire qu’il s’aventure un peu plus loin. Pas vraiment étonnant quand on sait que pour ce disque, l’ex grand manitou de Sixteen Horsepower a collaboré avec Chuck French, ex guitariste de feu le groupe de post hardcore américain Planes Mistaken For Stars (dont l’excellent premier album avait été chroniqué ici). A l’écoute de cet album, cependant, un refrain d’un autre French, un vrai cette fois, me vient à l’esprit : « qui de nous deux inspire l’autre ? ». Non, je ne dis pas que les chansons de ce très court album sont mauvaises. Je dis juste qu’elles ont l’air d’essayer d’enfoncer les rectangles dans des triangles, de conjuguer le style de l’un avec celui de l’autre. Et non, le résultat n’est pas vraiment décevant ; pas mal de titres, sinon la plupart, sont même très convaincants. Mais il y a ici quelques chose d’artificiel, comme s’il manquait quelque chose à la sauce pour prendre, comme si un rouage mal calibré risquait à tout moment de faire vriller la machine. Et ça a quelque chose d’excitant, je vous l’accorde. Mais pour autant, je ne parviens pas à accrocher à 100% à ce neuvième album. Un peu trop noisy, trop punk (un « Dead dead beat » évoque carrément Iggy Pop), un peu trop rock alternatif en somme. Alors peut-être que c’est la nouvelle mouture du projet, ok. Mais j’avoue que je lui préférais ses penchants plus folk noir ou encore mieux la country punk des débuts de 16HP. Ce qui ne m’empêchera pas de le réécouter… Mais peut-être de l’apprécier pleinement.

Instagram

Facebook

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    C'est brûlant de fièvre et sur un tempo soutenu qu'arrive le nouveau Woven Hand avec une « Come brave » qui n'entrera pas forcément dans les annales mais qui a le mérite de surprendre et entraîner vers ce qu'on devine être une chevauchée sauvage. Et si « Swaying reed » ralentit le tempo, mimant…
    Tags: disque, treatment, star, quelques, c'est, groupe, rock, moment, avait, mal
  • 10000
    Un nouvel album de Woven Hand est toujours une bonne nouvelle. Mais si la folk vénéneuse de David Eugene Edwards a été génératrice de beaucoup de titres exceptionnels, ses fans de la première heure se rappellent forcément avec un petit pincement au coeur de l'urgence et la puissance des débuts,…
    Tags: folk, rock, wovenhand, punk, country
  • 10000
    David Eugene Edwards ne revient pas toujours en très grande forme, mais il a au moins pour lui de ne jamais faire patienter bien longtemps ses fans. Dans la droite lignée de ses précédentes productions, il continue d'explorer le folklore américain, le métissant cette fois encore plus avec les autres…
    Tags: plus, ne, titres, quelques, dont, rock, peut-être, convaincants, l'album, paroles
  • 10000
    Après un déjà très réussi "Mosaïc", sombre et épique, j'étais loin de m'attendre à un retour plus rock de Monsieur Edwards avec son projet solo. Car, si le cowboy est capable du meilleur, sa carrière avec Woven Hand est tout de même assez inégale. Bonne, très bonne surprise donc que…
    Tags: disque, plus
  • 10000
    Habité. On pourrait presque dire hanté. Tel est le qualificatif qui vient aux lèvres une fois cette nouvelle oeuvre de David Eugène Edwards terminée. On a beau tout saisir de la portée spirituelle de ces nouveaux titres, être conscients que l'ex leader de 16 Horsepower fait à présent clairement du…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.