WILLIAMS, A.A. : Forever blue

Mine de rien, accompagnée de quelques autres tristes sires, A.A. Williams serait bien placée pour être une anti pub vivante pour la vie en Angleterre. Que de noirceur, que de mélancolie mes amis ! Ce premier album, aussi magnifique et touchant soit-il, ne donne pas vraiment l’impression que Londres est un endroit où il fait bon vivre. Vous vous souvenez Portishead ? Et bien, Beth Gibbons et Madame Williams ont apparemment la garde alternée du spleen. Attention, je n’ai pas dit que les univers étaient similaires. Mais cette hybridation du rock, du post rock et de la musique électronique y fait tout de même un peu référence. Malgré tout, « Forever blue » est plus soyeux, plus gothique, plus dark americana, plus cinématographique. Mais comment cet album peut-il cumuler autant de qualificatifs ? Lancez l’écoute et vous le découvrirez vite. « All I asked for (was to end it all) » en dit long sur le contenu. L’ambiance me rappelle une Jesse Sykes ou une Heather Woods Broderick, le côté rock (on est à la limite du metal souvent dans les riffs) et charbonneux en plus. Le son est ample, on ressent vraiment une impression de puissance et de grandeur, en même temps que de la rancoeur et de la désolation. Le tout conjugué à une beauté renversante. Sacré programme, n’est-ce pas ? Si le dernier titre, « I’m fine » fait quelques pas vers un style plus léger (tout est relatif), l’ensemble est quand même à déconseiller aux grands sensibles, qui tomberont probablement en amour avec ce disque avant d’entamer une profonde dépression. Maintenant, si c’est ce que vous aimez, et vous le savez certainement, c’est mon cas, alors plongez votre âme meurtrie dans ce « Forever blue », c’est un voyage dont vous reviendrez transformé !

Instagram

Facebook

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Jesse Sykes est une fille du pays de l'oncle Sam, pas de doute là-dessus. Elle exploite ici toute une culture folk, blues, country, americana, magnifiée par un songwriting finalement très pop, une production à la fois simple et claire et un son d'une ampleur panoramique. Sa voix ni douce ni…
  • 10000
    Bon, des Broderick, dans le monde de la musique, ça ne court pas forcément les rues. Donc en croisant le nom de madame Heather, j’ai tout de suite pensé à l’ami Peter. Et bingo, il s’avère que c’est son frangin. Même qu’il traîne ici et là sur ce disque, collaborant…
    Tags: aux, a, l, ne, heather, disque, i, broderick, temps, souvent
  • 10000
    Troisième album pour Orenda Fink. Si le nom ne vous dit rien mais que vous aimez le rock indé et/ou le folk indé, il est fort possible que vous ayez déjà croisé la jeune femme, qui a oeuvré dans Little Red Rocket (oui, je sais, moi non plus), Azure Ray…
  • 10000
    Je ne suis pas trop adepte de la logique « label ». Mais c'est vrai que certains déçoivent moins que d'autres. Et Bella Union en fait incontestablement partie. Aujourd'hui, on découvre donc le troisième album de Billie Lindahl, jeune femme à la voix douce, fragile et envoûtante, qui promène son timbre particulier…
    Tags: c'est, ne, plus, disque, bien, me, l'album, album, on, gothique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *