WARM GRAVES : Ease

Après sept ans de gestation, ce deuxième album de Warm Graves est arrivé à maturation. Je vous avoue qu’il m’a fallu une certaine maturation aussi afin de déterminer si mon attirance pour la noirceur glacée de ce disque était suffisante pour que je passe outre ses défauts et que j’en parle ici. Des défauts ? Oui. Prenez cette voix distante, désincarnée. Bien sûr, elle lui donne du charme, mais elle nous empêche aussi de nous approprier complètement les titres. Il y a aussi ce côté très répétitif des titres. Bien sûr, ça leur confère un aspect hypnotique, mais à la longue, ça sonne un peu rengaine. « Ease » est le second album du projet, et le groupe y développe, comme dit plus haut, un style très cold et ambiant, aux rythmiques electro pop assez discrètes et feutrées et aux nappes acides et fantomatiques estampillées eighties / nineties. La voix de Jonas Wehner est un peu en arrière, ne s’exprimant que dans un couloir étroit qui ne lui laisse que peu d’espace sonore, et surtout pas vraiment de relief. Heureusement les gerçures du froid musical mordant inhérent au projet me vont assez bien au teint. Certes, au bout des 52 minutes de cet album, il est temps de passer à autre chose, et ce même si « Deliria » et son instrumentation plus « rock » viennent apporter un peu de changement en cours de route. Cette aridité générale ne conviendra pas à tout le monde, c’est clair, et je ne saurais trop vous conseiller d’essayer avant d’acheter. Mais pour un arrêt momentané, ou pour des aficionados d’electro goth minimaliste, pourquoi pas ?

Instagram

Related Posts

  • 10000
    Derrière ce nom mystérieux se cache un duo formé d'un américain et d'une franco-norvégienne. De quoi expliquer les quelques bribes de français qui parsèment ce sixième album du groupe (dont un « papier d'arménie » sur l'introductif « Fire and smoke »). Le reste ne s'explique pas, il se vit ; une electro pop très…
    Tags: ne, assez, titres, charme, plus, https://open.spotify.com/album, instagram, aux, laisse, me
  • 10000
    Cellmod, alias Juan Espinoza, sort avec « Graveyard of empires » son quatrième album. On pourrait (mais je ne sais pas s'il approuverait) considérer son mode d'expression comme typique de la deuxième vague electro cold wave. L'influence de l'EBM et des pères spirituels Depeche Mode est encore palpable par instants, mais c'est…
    Tags: ne, bien, plus, electro, sûr, titres, vraiment, deuxième, wave, cold
  • 10000
    J'ai, sans le savoir et comme une foule de gens, geek ou pas, découvert la musique des angelinos de Health en 2012 avec leur titre « Tears » sur la bande originale du (très bon) jeu Max Payne 3. Sauf que je n'ai pas vraiment cherché à en savoir plus, l'expérience ludique…
    Tags: plus, rock, wave, cold
  • 10000
    De l'importance des connexions, du réseau. Je ne me serais peut-être jamais intéressé au cas de Kasper Bjørke, producteur électro danois de son état, s'il n'avait justement été celui de Trerntemøller. Bon, niveau timing, je ne suis pas forcément super, puisque ce disque, son quatrième, est apparemment fort peu représentatif…
  • 10000
    J'ai lu beaucoup de choses sur le duo australien White Hex. Beaucoup de choses qui, maintenant que je me farcis leur deuxième album "Gold Nights", me font douter sur ma capacité d'analyse, entrevoir de plus grandes lacunes que je ne le pensais. Car, enfin, pour moi, ces huit titres donnent…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.