WARBRINGER : Weapons of tomorrow

Je dois bien l’avouer, ça fait un bon moment que je n’ai pas écouté un vrai bon disque de thrash metal, de ceux qui respectent les traditions, une certaine forme d’écriture, les riffs échevelés, la voix qui déchire, les incursions plus ou moins discrètes vers le heavy metal… Warbringer, pour ceux qui ne les connaîtraient pas malgré le succès de leurs albums précédents, sont une joyeuse bande de californiens qui tiennent Sepultura et Slayer en haute estime et un soupçon de Metallica (le carbone 14 m’indique 1984-1985). Comme son nom l’indique, le groupe puise pas mal son inspiration dans des histoires guerrières. Et comme ses inspirations l’indiquent, Warbringer n’hésite pas à aller traîner du côté du death metal pour y puiser quelques plans. Le résultat est énergique, puissant et catchy. La pochette a beau sortir des années 80, la production est bien plus actuelle, et ce même si elle regarde un peu dans le rétroviseur (ça reste du thrash old school, quand même, faut pas déconner). « Weapons of tomorrow » est un très bon disque, qui raira les fans du genre, et replongera dans des souvenirs heureux ceux qui le furent un jour, les amenant au bord des larmes de joie, fébriles et… Bon, ok, faut pas pousser, mais quand même, cet album est une petite pépite, et on aurait tort de se priver d’un tel plaisir. Mention spéciale de mon côté pour « Heart of darkness » et sa basse magique, qui me rappelle le « The gallery » de Dark Tranquility (et hop, re-larmes de joie). Mais d’autres pourraient facilement avoir le même effet pour n’importe qui, selon la sensibilité de chacun aux différents sous-genres employés ici. Comme quoi, la guerre, ça a du bon sur le papier (à musique).

Facebook

Instagram

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Lost Society est présenté par son label comme un groupe de thrash metal. Mais à vous qui vous apprêtez à pénétrer leur univers, je me dois de dire la vérité ; il n'en est rien, ou si peu. Oui, bon, ok, il y a bien ici et là des riffs…
  • 10000
    Je n’avais jamais eu l’occasion de prêter attention à une sortie du combo de Denver, Colorado auparavant. Mais je n’en ai pas eu besoin pour comprendre ce à quoi j’allais avoir affaire avec ce quatrième album. La pochette de « Conformicide » transpire le thrash metal ; le logo du groupe, le style…
  • 10000
    Ok, celui-ci n'est pas vraiment une nouveauté. En effet, lorsque "Spectrum Of Death" est sorti, en 1988, j'avais 9 ans. J'écoutais déjà du metal, certes, mais je n'étais pas expert au point de connaître toute la production thrash metal de l'époque. Contemporain de l'époque "Bay Area", Morbid Saint a juste…
  • 10000
    Le nom, la pochette vous semblent un peu datés ? Vous vous attendez à un bon gros disque de heavy metal à papa ? Vous vous plantez ; Bo, ok, il y a (forcément) des influences heavy ici. Mais « Built for war » se situe plutôt dans la tranche brutale du grand M. Thrashcore,…
  • 10000
    Deuxième rencontre avec les ricain de Protest The Hero pour votre serviteur. Dès les premières notes, pas de surprise, je les retrouve là où je les avais laissés à la fin de « Fortress » ; toujours ce mélange entre moderne et ancien, cette empreinte techno-thrash à la Psychotic Waltz. Pour ceux…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *