VI : De praestgiis angelorum

VI_DePraestigiisAngelorumCover

VI est un groupe parisien de metal noir qui sort avec «De praestgiis angelorum » son premier album après un ep et un split, que je n’ai jamais eu l’occasion d’écouter. Ce premier opus est donc la carte de visite du combo pour moi. Et il ne tarde pas à me mener en bateau, par le biais d’une intro qui laisse croire que ce qu’on y trouvera relèvera du mystique, du mystérieux, voir de l’expérimental. Pourtant, une fois celle-ci terminée, on tombe dans le frontal. VI pratique un black metal très typé nineties, cru et violent à souhait, avec quelques incursions post black : dissonances et influences blackcore. Le tout éructé en français, au travers de textes qu’on devine férocement anti-religieux, même si on ne les comprend pas (ben oui, ça reste du black). Pour les puristes, de la bonne nouvelle ; derrière VI se cachent (et même pas, d’abord) des ex membres ou membres d’Aosoth, Antaeus et Merrimack. Si le groupe ne fait pas totalement abstraction des aspects death et des ambiances de ceux-ci, on en retrouve surtout le mélange de son et de bestialité. C’est un bon disque, auquel il manque pourtant un peu de liant pour fonctionner à plein régime et marquer durablement les esprits. Mais en tout cas, on ne peut pas accuser les parisiens d’être des petits bras ; « De praestgiis angelorum » est monstrueux, et donc à réserver à un public averti. Pas le genre d’album qu’on conseillera pour découvrir le genre, oh que non, plutôt celui que de vieux briscards et des connaisseurs se passeraient sous le manteau.

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    L'ukrainien Drudkh est adepte du changement de direction. Adoré pour sa créativité, il a opéré récemment un virage à 360° pour revenir à un genre plus épuré et foncièrement black metal. Une orientation qui a désarçonné (pour ne pas dire déçu) pas mal de fans. Et qu'il poursuit allègrement sur…
  • 10000
    Allier violence et subtilité, ce n'est pas donné à tout le monde, et c'est une voie difficile. C'est pourtant celle qu'ont choisi les australiens de Ne Obliviscaris. Et comme souvent dans ce genre musical (le metal progressif, bien que celui-ci soit extrême ici), on a affaire à un album-concept. Et…
  • 10000
    Depuis quelques années, le black metal américain se bonifie à vitesse grand V. Nourri à l'americana et au big rock, ce troisième album de Falls Of Rauros ne déroge heureusement pas à la règle. Très mélodique, très rock mais à la fois habité par une voix black très raw qui,…
  • 10000
    Derrière un nom à coucher dehors, des dégaines de moines maléfiques et une pochette qui évoque plus la solitude ou l'enfance maltraitée se cache l'un des plus flippants et donc excitants exercices de black metal de ces derniers mois. Car oui, c'est vrai, j'aime le black sombre et orchestral, à…
  • 10000
    Il y a des soirs où tout ce qui peut faire mon bonheur c'est ça : un groupe inconnu avec un nom à coucher dehors, qui pratique un black metal cru et haineux, à l'ancienne. Enfin, à la mode de la deuxième vague, mais on s'est compris, quoi. Du son…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *