VALLENFYRE : Fear those who fear him

Né d’un deuil (la mort de son père), Vallenfyre a toujours été pour Gregor Mackintosh un pur exutoire, une catharsis. Bien sûr, depuis 2009, l’eau a coulé sous les ponts, et le groupe anglais aurait pu s’effacer (d’autant plus depuis que Paradise Lost a pris un chemin plus old school et death), mais le guitariste a décidé de ne pas raccrocher les gants. Et voici donc le troisième album du projet, qui une fois de plus s’enfonce plus avant dans la brutalité death / crust. En 12 titres et 38 minutes, Vallenfyre ne cherche pas du tout à impressionner ou à innover, juste à se faire plaisir, un plaisir gentiment coupable et régressif. Un plaisir que, je l’avoue, je ne partage pas du tout. j’ai beau me forcer, je ne vois absolument pas l’intérêt d’une telle entreprise. « Fear those who fear him » est brutal, bien produit, et aussi honnête que direct. Mais il manque la plupart du temps d’accroche mélodique. Et c’est donc uniquement dans les moments les plus death doom (« An apathetic grave », et « The merciless tide ») que je m’y retrouve. Ce qui est bien maigre et qui pourrait mon faire basculer mon appréciation générale vers le néant. Mais je ne peux pas dire que Vallenfyre fait mal son taf, et je conçois qu’on puisse apprécier ce disque pour le défouloir qu’il représente. Mais ne m’en demandez pas plus !

Paroles de l’album

Site officiel

Vallenfyre : Kill all your masters

Related Posts

  • 10000
    Je ne connaissais pas Death Wolf il y a trois jours. Pourtant, le groupe existe depuis 2000 et sort aujourd'hui son troisième album. Et là, vous allez me dire ; il y a un loup (ah ah !). Nan, parce que, quand même, avec sa longévité et sa discographie, si…
  • 10000
    Wolvhammer, à ne pas confondre avec Wolvserpent déjà chroniqué dans ces pages (web certes, mais ça reste des pages), est un (autre) groupe américain de musique sombre, pratiquant un mélange de black metal, crust et dark heavy metal, avec une pointe de sludge. Le genre de programme qui m'allèche grandement…
  • 10000
    Weekend Nachos n'est pas connu pour son tempérament tendre et câlin. Et même sans avoir un souvenir précis ou même ému du combo, je me rappelle d'une horde de brutes privilégiant la violence à l'ambiance, entre grindcore, hardcore, death et sludge. Pour ce troisième album, le groupe a décidé de…
  • 10000
    Disfear est une formation suédoise qui, à l’instar d’Entombed ou d’Impaled Nazarene, pratique un hard rock n’ roll crade à souhait et fortement influencé par le hardcore et le death. Il n’y a a pas à se tromper ici ; guitares accordées trois tons en dessous, son crust parfait (crade…
  • 10000
    Dans le milieu thrash, il y a plusieurs écoles. Celle, exigeante et quasi-scientifique, du thrash technique, appliqué, stratosphérique. Et puis celle de Toxic Holocaust, pour qui le thrash se doit d'être rapide, simple et direct. Alors certes, il n'y a rien ici de bien exceptionnel ; rien que des riffs…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *