VAITEANI : Vaiteani

Certains parrainages peuvent faire plus de mal que de bien. Vaiteani, duo tahitianno-alsacien, a été vivement encouragé par Laurent Voulzy à continuer leur union entre folk d’ici et d’ailleurs. Bon, en l’occurrence, ça leur a ouvert quelques portes. Mais ça aurait pu leur fermer la mienne si j’avais eu vent de ça avant de jeter une oreille distraite, puis les deux bien ouvertes, sur ce premier album. Non, je n’ai aucun passif inavouable avec le multiplatiné chanteur aux dents du bonheur, c’est beaucoup plus basique que ça : son timbre et sa nonchalance m’énervent. C’est pas de sa faute, pas de la mienne, un partout la balle au centre. Bref, pourquoi je vous dis ça moi ? Ah oui, le parrainage. Et ça explique aussi pourquoi je m’abstiendrais de parler de la reprise de « Belle-île en mer » qui trône en fin de parcours. Et le reste me direz-vous ? Et bien, ça me fait à peu près l’effet contraire. « Three weeks » ouvre les hostilités en faisant un gros clin d’oeil à d’autres français avides de folk, Cocoon. « O vai », lui, dévie clairement vers quelque chose de plus exotique et de tout simplement passionnant. La voix de Vaiteani prend sur ce titre une tout autre dimension. Ce premier album est un constant va-et-vient entre l’ombre et la lumière, entre l’anglais et le tahitien, pour le meilleur et…le meilleur. Rythmes, instruments et tonalités sont tellement divers qu’il est impossible de s’ennuyer, mais jamais l’unité de l’ensemble n’est prise en défaut ; voici la marque d’une réelle osmose et d’un talent certain. « Vaiteani » est vraiment un étonnant premier album, qui évoque sans plagier et laisse un délicieux goût d’ailleurs avec les codes d’ici. Recommandé !

Site officiel

Paroles de l’album

Vaiteani : Silver ocean

Related Posts

  • 10000
    Comme beaucoup de gens, j'adore Cocoon et j'attendais beaucoup de cet album. Car si « My friends all died in a plane crash » les avait révélés à un public qui ne s'attendait pas à une pop folk aussi charmante, « Where the oceans end » les propulsait en pôle position avec un genre…
  • 10000
    Pour moi, le duo Cocoon est certainement la révélation française de ces dernières années. Racée, élégante, délicate et personnelle, sa musique m'a immédiatement transporté, et continue à le faire dès que j'ai la bonne idée de remettre "My Friends All Died In A Plane Crash" sur la platine. Autant dire…
  • 10000
    Cocoon, ou comment passer du statut de petit groupe à l'aura fort modeste à celui de grand espoir français grâce à une revue réinventant le radio-crochet à l'échelon national. Bon, je ne m'étendrais pas sur le sujet, et promis, je ne critiquerais pas la "bible" des bobos. Et oui, après…
  • 10000
    Petit à petit, la scène musicale française gagne en diversité, en visibilité, et s'exporte, sans plus subir les préjugés et partis-pris du public, des critiques et de la scène elle-même. Aujourd'hui, on peut écouter français sans qu'on en déduise lourdement qu'on est un puriste de la langue ou un ardent…
  • 10000
    Dans la grandissante famille des chanteurs beaux gosses pratiquant la pop folk pleine de feeling et néanmoins très radio-friendly, Joshua Radin se pose en tant que vieux de la vieille, lui qui a déjà cinq albums à son actif. Pour ceux qui suivent, « Onward and sideways » est donc le sixième…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *