UNCLE ACID & THE DEADBEATS: The night creeper

uncleacid_thenightcreeper

Je ne connaissais pas ce groupe britannique auparavant. Et pourtant, il n’a pas été particulièrement discret depuis sa création en 2009, puisque « The night creeper » est son quatrième album. Difficile à dire en l’écoutant. Non, pas qu’il s’agit du quatrième, mais qu’il s’agit d’un groupe si jeune ! Uncle Acid est signé chez Rise Above, ce que les connaisseurs auront facilement par « font du doom ». Mais Uncle Acid pratique un genre heavy doom psyché très ancré dans les seventies, et on s’y croirait vraiment. A l’écoute de ces dix titres, on est happé par l’ambiance certes, mais ça ne suffirait évidemment pas à en faire un indispensable si l’essentiel, à savoir les riffs, n’étaient pas 100% efficaces. Et heureusement, ils le sont ! Servis par une gratte judicieusement positionnée au premier plan, ils mènent le jeu, à peine égalés par la voix de K.R. Stars alias Uncle Acid. La presse a pas mal comparé Uncle Acid & The Deadbeats à un croisement entre Alice Cooper et Black Sabbath, et comme c’est très juste, je ne vais pas faire mon intéressant et la contredire, pour une fois. Je rajouterai juste que le groupe assume ostensiblement et parfaitement ses penchants pop, ce qui amène à son mélange un brin de sensibilité sixties qui fonctionne plutôt bien avec le reste. Ce qui pourrait desservir le groupe, c’est justement le son un peu crépitant et grésillant qui fait tout son charme. Le bonheur des uns qui fait le malheur des autres, en somme. Mais « The night creeper » reste une belle réussite du genre, à conseiller aux nostalgiques, à ceux qui veulent leur faire une bonne blague et aux amateurs de rock vintage.

Paroles de l’album

Site officiel

Uncle Acid : Melody lane

Related Posts

  • 10000
    En 2012, « CVI » m'avait fait passer un bon moment avec son heavy stoner pas si classique que ça. Je m'étais promis à l'époque de suivre l'actu du groupe, et me voici donc face à « Crooked doors », deuxième album qui comme la tradition (et la logique) l'exige, reprend les choses là…
  • 10000
    Un retour, un remaniement, un album plutôt moyen, et revoilà Electric Wizard avec un nouveau disque qui, une fois n'est pas coutume, explore un thème très répandu dans le doom burné, mais pas encore par le combo ricain, à savoir la mort. Electric Wizard se pose encore une fois comme…
  • 10000
    Nous sommes en 2014 à San Francisco. Toute la ville est envahie par les hipsters et les poseurs. Toute ? Non, car un petit groupe d'individus résiste aux différentes modes musicales pour se consacrer au heavy metal. Mais attention, pas de dragons et de magiciens ici, on est plutôt en…
  • 10000
    Je connaissais déjà le heavy doom velu de Pentagram pour avoir acquis il y a quelques années "Be Forewarned", leur quatrième album (si on décompte les rééditions), sur la base de...ben pas grand-chose en fait, plus par hasard et opportunité pécuniairement intéressante pour tout dire. Je ne suis donc pas…
  • 10000
    Deuxième album pour les doomsters traditionalistes de Pilgrim, jeune groupe new yorkais vouant un culte au grand cornu et à Black Sabbath. Mais là où un Cathedral restait sourd aux évolutions subies par le genre lancé par la maison-mère, les petits gars de Pilgrim, eux, n'hésitent pas à intégrer du…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *