ULVER : Flowers of evil

Bien malin celui qui, quand « Bergtatt » est sorti en 1995, aurait prédit une telle évolution dans la musique des norvégiens. Il faut dire que commencer par un black metal virulent et raw et évoluer vers une pop électronique expérimentale, en passant par la case folk world acoustique, c’est pas vraiment courant. Et 25 ans plus tard, on en est donc là : « Flowers of evil ». Certainement l’album le plus orthodoxe de la discographie du groupe. Quoi ? Comment ? Ont-ils perdu l’esprit ? Vont-ils rentrer dans le rang ? Non, mais attendez. Posez-vous. Réfléchissez. Qu’est-ce qui sort complètement de l’ordinaire une formation qui fait dans l’original, le créatif et l’exceptionnel à longueur de temps ? Voilà, vous le tenez ; un disque pop. Bon, ok, « pop » est un bien grand mot. « Flowers of evil » déroule une espèce d’electro pop gothique qui tire vers des choses plus contemporaines (quelques bribes de synthwave ici et là) ou plus rétro (quelques éléments plus eighties ou piano pop). En fait, on s’en fout un peu de la forme. Le secret, c’est la qualité des titres . On s’en doute, ils sont tous bons. Tous à leur façon, ils parviennent à toucher l’âme. Et puis, bon, il y a toujours la voix de Garm, oups pardon Krystoffer Rygg, et je la trouve toujours aussi magique malgré les années. Et une « Russian doll » ou une « Hour of the wolf » (particulièrement celle-ci) sont là pour le prouver. Il ne faudrait pas que Ulver nous laisse nous habituer à ce style un peu trop « facile » pour lui, mais on ne peut en aucun cas regretter l’existence de cet album.

Facebook

Instagram

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Rencontre improbable entre les chantres américains des secousses telluriques et du drone tout-puissant et la boulimie créative multistylistique norvégienne, ce "Terrestrials" a de quoi faire frémir de désir tout fan de musique expérimentale et originale. Cinq ans de gestation par le biais d'envois interposés ont été nécessaires afin de finaliser…
    Tags: ulver, rock, musique, expérimentale
  • 10000
    Ceux qui ont aimé le « Perdition City » des Norvégiens iconoclastes d’Ulver seront ravis de retrouver le groupe, qui continue sur sa lancée béophile en signant ici celle d’un court-métrage suédois éponyme (ce qui ne vous avance pas beaucoup car vous n’aurez vraisemblablement jamais l’occasion de le voir). Toujours…
    Tags: ulver, plus, toujours, expérimentale, électronique, formation, cet, disque, grand, non
  • 10000
    Le premier Lethe m’avait plus ou moins pris par surprise, et surtout positivement impressionné par sa propension à marier post metal et trip-hop. Je m’étais alors promis de m’intéresser tout autant aux prochaines sorties du duo, et c’est donc avec joie (mais un peu de retard, certes) que j’accueille l’invitation…
    Tags: the, on, plus, a, éléments, ne, album, metal
  • 10000
    Je suis tombé sur le premier album de ce groupe ukrainien sans même avoir lu la publicité tapageuse qu’en fait son label Debemur Morti (qui n’hésite pas à comparer « Futility report » au Ulver de « Perdition city » version extrême). Il figurait parmi les sorties, je l’ai écouté en avance rapide pour…
    Tags: black, plus, bien, ne, album, metal, on, a, disque, vers
  • 10000
    Miracle est un supergroupe synth pop formé de la moitié de Zombi et d’une partie amovible d’Ulver, Guapo, Sunn O))). En 2013, son premier album « Mercury » avait posé les bases d’un style très pop, aux claviers obsédants et aux légers accents gothiques. Fort logiquement, « The strife of love in a…
    Tags: plus, the, bien, disque, of, pop, album, a, laisse, lui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *