ULTIMATE FAKEBOOK : The preserving machine

Ultimate Fakebook qui revient après 10 an de vaches maigres, et presque 17 ans après son dernier album vraiment produit (le précédent étant sorti en autoproduit), il fallait que j’en parle ici. Vous aussi, vous pensiez disparu corps et bien ce groupe de Manhattan, Kansas, chantre d’une emo pop punk simple et accrocheuse ? Comment ? Vous ne connaissiez pas Ultimate Fakebook ? Bon, ok, bas les masques, moi non plus. Le nom m’a amusé, la pochette intrigué, et je me suis dit « pourquoi pas ? » Et puis le disque m’a assez plu pour que je me lance dans l’aventure de le chroniquer pour vous, comme ça, sur la foi d’une bonne première impression, sur une poignée de chansons écoutées vite fait. Alors pour tout dire, ça ne m’a pas forcément donné l’envie irrésistible d’aller explorer le reste de la discographie du groupe. Mais ce mélange assez classique mais toujours efficace se déguste instantané. Bon, ça n’est pas forcément évident quand le disque débute ; pourquoi, dans ce genre musical, met-on une intro trompeuse au piano, légèrement insipide, qui retarde la fête ? Mystère. En tout cas, « We’re sharing the same dream tonight » marche autrement mieux. Frais, pop, immédiat. « After hour at Melin’s » suit à peu près la même logique, un peu plus retors toutefois. « Sad soldier » est un des meilleurs titres du disque. « Manhattan KS »en remet une couche. « Juliet’s fools » est une ballade, et marque une descente plutôt qu’une pause, même si elle reste assez agréable. Par contre, « Hey, gemini » me saoûle. Et « This unfrozen girl » et les suivants le suivent de près. Jusque « Fake ID », en fait, qui nous permet de finir l’écoute sur une très bonne impression. Alors oui, ça signifie qu’il y a un gros creux de 4 titres, ce qui est pas mal pour un disque de 11 titres et trente-sept minutes, et qui explique la note assez mitigée. Mais le reste est vraiment pas mal.

Facebook

Instagram

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Ok, ça fait 3 semaines que je tourne autour de ce disque sans me décider quoi faire avec ; le balancer avec l'eau du bain ou le chroniquer. Mais pour dire quoi ? Que Porridge Radio peut être un putain de bon groupe, mais qu'il peut aussi parfois être insupportable ? Que ses…
    Tags: me, disque, qu'il, bien, titres, instagram, g, paroles, https://open.spotify.com/album, facebook
  • 10000
    S'ils se sont rencontrés sous d'autres cieux musicaux (le punk hardcore), les membres de Mundy's Bay ont choisi par ce premier album de se réinventer et de s'exprimer au travers d'un indie rock mâtiné de post punk, de l'énergie du rock alternatif et d'une patte mélodique pop. Mundy's Bay ne…
    Tags: plus, punk, se, rock, album, pop, d'une, ne, me
  • 10000
    Ah ouais ! Sum 41 ! On va écouter de la grosse pop punk ! Bim, un taquet derrière le crâne. Comment ? Ben oui, ça fait un bon moment que Sum 41 a lâché la pop punk pour quelque chose qui n'est pas totalement dénué de jovialité, d'immédiateté et de fraîcheur, mais qui…
    Tags: plus, ne, a, pop, non, toujours, se, première, reste, l
  • 10000
    La mode est au bon gros rock, un peu pompier mais très catchy, et avec des grosses guitares. Je ne vais pas m’en plaindre. Apparemment, les Amazons n’avaient pas fait l’unanimité avec leur premier album. Moi-même, n’en ayant pas écouté une note, je n’ai pas pu être convaincu, c’est dire.…
    Tags: l, rock, pop, the, ne, gros, album, bien, y, l'album
  • 10000
    Nous nous attardons aujourd’hui sur le deuxième album d’un groupe britannique. Apparemment le premier traînait du côté du pop-punk. Si j’avais lu ça avant de prêter une oreille à ce disque, il est possible que je sois passé à côté. Et ça eut été fort dommage. Car si quelques traces…
    Tags: l, rock, bien, the, disque, plus, ne, a, album, groupe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *