TORRES : Sprinter

TORRES_sprinter

J’ai beau me triturer les méninges, je ne trouve aucune trace de Mackenzie Scott alias Torres dans mes souvenirs. Et c’est bien dommage, parce qu’après avoir écouté deux fois de suite ce deuxième album de la jeune américaine, je me dis que je suis passé à côté de quelque chose. Orageuse mais sensible, grave dans le ton mais féminine, rebelle mais complètement pétrie d’une éducation religieuse et traditionaliste, la musique de la jeune femme est à son image ; troublée et nuancée. « Sprinter » est un bon disque de rock indé très influencé non pas par son époque, mais par celle de la génération précédente. Oui, ce disque transpire les nineties. La voix me rappelle le Shannon Wright de « Dyed in the wool » (ok, je triche, il date de 2001), la musique toute une frange pop indé influencée par une Pj Harvey. Mais tout n’est pas affaire d’influences ici, il y a un vrai univers comme dirait le jury de The Voice. Un univers assez sombre, assez solitaire, mais dont la douceur et une petite lueur d’espoir, aussi fugace soit-elle, ne sont pas absentes. « Sprinter » est un bon disque, mais son alternance d’ambiances en fait une œuvre inégale. On aimerait que des chansons comme « Sprinter », « Strange hellos » ou « New skin » soient plus représentatives de l’album, puisque les choses un peu plus intimistes sont affublées de mélodies manquant d’impact pour en faire des respirations agréables ; on ronge un peu son frein. Pourtant, ce disque, on y revient. Il a quelque chose de touchant, de magique, un truc qui ne demande qu’à se perfectionner et se concrétiser sue le troisième album !

Paroles de l’album

Site officiel

Torres : Sprinter

Torres : Strange hellos

Related Posts

  • 10000
    J’avais été l’un des chanceux à découvrir cet artiste américaine sur son précédent album « Dyed By The Whool », et à être sacrément impressionné par la beauté désespérée de ses chansons. Le buzz autour de la demoiselle à la sortie de « Over The Sun » ne m’étonne donc…
  • 10000
    A l'écoute de cette première œuvre éponyme d'un duo qu'on aurait il y a quelques mois cru improbable, une évidence crève les tympans : ces deux-là étaient faits pour se rencontrer. La musique rêveuse et hautement mélancolique du petit magicien Tiersen et le rock échevelé et tendu de la muse…
  • 10000
    Inutile de vous abreuver de références ici : dans un univers où la Lune a été perdue, on avance forcément dans le noir. Le groupe lillois oeuvre certes dans un périmètre clairement délimité, mais a pris soin de mettre en route la machine à fumée, histoire de brouiller un peu…
  • 10000
    Puressence est une formation anglaise qui pratique une pop indé assez mélancolique et poignante, avec la particularité de comporter un chanteur à la voix très androgyne (pour tout dire, j'ai longtemps cru qu'il s'agissait d'une chanteuse). Et l'air de rien, c'est un groupe qui vient d'atteindre ses 19 ans de…
  • 10000
    Troisième album pour Orenda Fink. Si le nom ne vous dit rien mais que vous aimez le rock indé et/ou le folk indé, il est fort possible que vous ayez déjà croisé la jeune femme, qui a oeuvré dans Little Red Rocket (oui, je sais, moi non plus), Azure Ray…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *