TOMORROW’S RAIN : Hollow

Tomorrow’s Rain est une formation israélienne dont les membres ont trempé dans pas mal de choses sympathiques (Orphaned Land, Subterranean Masquerade, Distorted, Salem), et dont l’un des fondateurs est ingé son et a bossé, entre autres, avec Mayhem, Abbath et Cynic). Tout ça doit aider à aligner une liste d’invités aussi prestigieuse que sur ce premier album. Le groupe avance qu’il a cherché à produire le genre de disque que ses membres auraient voulu acheter en tant que fans du genre, en l’occurrence le death doom. Mais on a là un disque qui pose quand même une question importante, que l’on retrouve souvent en territoire hip-hop ; sans ces grands noms, que vaut l’oeuvre ? Rassurez-vous, on a tout de même assez de matière pour en juger : deux titres voient Tomorrow’s Rain avancer à découvert. Et sur le reste, on peut au moins juger des qualités des compositions. Le groupe parvient sans mal à s’adapter à chaque organe venu l’accompagner (ou le contraire, d’ailleurs), proposant un habile mélange entre doom metal, dark metal (certains riffs rappellent le black), rock gothique old school et doom death nineties. L’ensemble est mid-tempo, et joue autant sur les ambiances et l’emphase qu’il se repose sur des riffs solides et éprouvés. On ne recherchera pas ici autre chose que l’efficacité, et pourtant on y trouvera ça et là quelques éléments remarquables : une pointe de world metal sur « Fear », des soli de folie sur « In the corner of a dead end street » ou « Into the mouth of madness ». C’est pas grand-chose, certes, mais c’est déjà ça. Et les titres sont suffisamment riches pour qu’on s’y laisse prendre. Tomorrow’s Rain est-il, donc, un nouveau grand groupe du genre ? J’aurai tendance à dire « oui, mais ». Oui, parce que les huit titres de « Hollow » sont objectivement très bons. Mais là où je suis moins convaincu, c’est au niveau de la voix de Yishai Sweartz. Je trouve que celle-ci manque de caractère, de nuances, et qu’elle n’est pas aidée par un mixage en retrait. A voir donc si une suite plus autonome parvient à se hisser à la hauteur de “Hollow” !

Instagram

Facebook

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Depuis l'échec commercial de l'album « 34,799%...Complete », My Dying Bride ne s'embarrasse plus du concept d'évolution, et se contente de faire – bien s'entend – son boulot, à savoir composer de bons albums de doom metal, pratiquant le changement dans la continuité. Rien de bien différent donc d'une chronique…
    Tags: se, on, riffs, genre, a, of, doom, metal
  • 10000
    La bio du groupe italien nous vend du rêve. Elle nous présente Motus Tenebrae comme un compromis entre Paradise Lost, My Dying Bride et un peu de Type O Negative, le tout avec une personnalité forte. Oh, je n'ai pas à en vouloir à la personne qui a écrit ça,…
    Tags: groupe, a, se, oui
  • 10000
    Impending Doom, c’est l’archétype du groupe dont on apprécie la musique sans forcément faire attention aux paroles. Parce que le genre auquel il appartient (le deathcore), caractérisé par un amour immuable du rythme et une maîtrise des breaks et des pas de côtés, est le plus souvent recherché pour sa…
    Tags: d, doom, l, the, se, c, a, on, metal
  • 10000
    Le groupe allemand dont nous allons parler à présent porte assez mal son nom ; sa trajectoire ressemble plus à un météore qu'à un océan. Apparu il y a un an, il en est à deux ep (qui lui ont permis d'être signé sur Nuclear Blast) et, donc, un album. « The…
    Tags: the, metal, mal, d, y, death, disque, doom, groupe, dont
  • 10000
    Mais qu’est-ce qu’ils ont tous à faire du death doom là ? Ok, je me calme. Mais en moment, je vous en fait bouffer pas mal, et pourtant ça n’est pas volontaire ; il en sort beaucoup. Pulchra Morte (dont le nom porte à croire que le combo a trop longtemps hésité…
    Tags: death, doom, l, qu, c, a, on, oui, d, se

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *