Thomas AZIER : Rouge

Non, Thomas Azier n’est pas du tout français. Et non, ce n’est pas non plus un nouveau venu sur la scène musicale. Hollandais d’origine exilé à Berlin, il a été adoubé par un bon paquet de gens qui comptent : Woodkid, Yves St Laurent, Stromae. Tout ça après un premier album, c’est un parcours impressionnant, convenez-en. « Rouge » est donc le deuxième opus du bonhomme, toujours dans des tons electro pop. D’emblée, on est saisi par la tessiture de la voix de Thomas, par sa propension à aller très haut, à jouer les équilibristes tout en conservant une maîtrise et une assurance bluffantes. Bon, ok, c’est une voix très dans l’air du temps, on en a eu récemment d’autres illustres exemples (je dirai Loïc Nottet). Côté musique donc, Thomas Azier suit sa propre voie, à la croisée des chemins de l’electro-pop et de la pop variété. C’est à la fois frais, moderne et un poil convenu. Après 4 écoutes, j’y trouve toujours de belles qualités de composition et des lourdeurs rédhibitoires, et je ne parviens pas à percevoir de quel côté penche la balance. Alors voilà, je vous laisse les choses telles quelles, en faisant juste état de la sortie d’un disque en tout cas intriguant, imparfait mais certainement pas impersonnel.

Site officiel

Thomas Azier : Talk to me

Thomas Azier : Gold

Related Posts

  • 10000
    A l'inverse de certains petits camarades, je n'ai pas du tout vu arriver l'ouragan annoncé Karin Park. Du coup, ce premier album apparemment déjà très attendu n'en aura que plus d'impact sur votre serviteur. « Look what you've done », terrible titre electro-rock, installe une atmosphère sombrement pop, que « Shine » s'empresse d'alléger.…
  • 10000
    Poliça est une formation portée aux nues depuis quelques années par la presse musicale indie, et probablement à juste titre. C'est d'ailleurs pour ça que je me décide enfin à en découvrir un album. Alors bien sûr, je ne suis du coup pas armé pour juger de l'évolution du groupe.…
  • 10000
    Les productions trip-hop ne courent pas les rues. Alors celles venues d'Australie, n'en parlons pas ! Et bien si, justement, parlons-en de ce "Liminal" tout en douceur et en retenue. Étrange union d'une pop indé caressante et mélancolique, de mélodies electro-pop dansantes et d'expérimentations électro, ce disque est un cocktail…
  • 10000
    Bon, même s'il y a de la matière, même si c'est souvent bien foutu, ça commence à devenir gênant de découvrir tous les quatre matins une nouvelle artiste qui marche plus ou moins délicatement sur les plates-bandes de Florence And The Machine, mixant l'electro pop, le rock et les genres…
  • 10000
    Bon, ne pas se fier à l'apparence, tout ça, je sais. Mais quand je vois débarquer un disque de chez Victory Records, je ne peux pas m'attendre à ça. Du hardcore, d'accord. Du punk, du ska, de l'emo, passe. Mais une synth pop lorgnant plus du côté pop que du…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *