THEE SACRED SOULS : Eponyme

J’ai beau avoir le rock chevillé au corps, j’ai toujours été sensible aux charmes de la soul rétro, celle qui crie, qui pleure, qui implore, qui aime. Daptone est allé chercher le trio Thee Sacred Souls du côté de San Diego, inaugurant par là même une nouvelle branche du label, Penrose. Pas d’énormes différences dans la « ligne éditoriale » du groupe ici : une soul très seventies, très love, marquée également par les balbutiements du R&B moderne et comportant un jeu de guitare très groovy. La voix de Josh Lane, très cool, peut parfois prendre des accents reggae, mais la plupart du temps se situe en droite lignée de ses idoles, qu’on peut sans problème situer dans la Motown. Bien sûr, certains textes sont ouvertement « too much », et on serait tenté de s’en moquer, comme pour « Future lover » (« Someone’s at the door / Oh, who is it ? / It’s your future lover / Oh, come on in »). Mais ça fait aussi partie du charme. Et si j’ai tendance à préféré la soul plus fiévreuse, plus tragique, ce premier opus éponyme du groupe reste quand même assez délectable pour qui est attaché à la soul à l’ancienne. Je lui reprocherai juste une certaine tendance à se répéter dans les ambiances très mellow des titres. Mais bon, ça vole quand même plus haut que la plupart des disques modernes du genre, alors si vous êtes à la recherche d’un bon disque de soul « pour pécho », ou juste vous mettre en condition romantique, alors arrêtez vous par ici, vous avez atteint votre destination !

Instagram

Facebook

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Faisant suite aux deux premiers volumes désormais quasi-introuvables ou à des prix complètement déraisonnables, ce troisième volume de Shaolin soul est à la fois inattendu et très attendu. Il faut dire que le concept de ces anthologies est assez alléchant et a l'intelligence de chasser sur deux terrains : celui…
    Tags: soul
  • 10000
    Des fois, en découvrant, on se demande comment on en a pas entendu parler avant, tant il correspond à ce qu’on recherche. Oui, « Tell you not to worry » m’a mis, doucement mais sûrement, un uppercut. Sa country / rock / soul m’évoque un croisement entre un Spain et un Lee…
    Tags: on, me, s, it, plus, l, soul, disque, qu, rock
  • 10000
    La soul est à la mode en ce moment, et je ne vais pas m'en plaindre. Comme son nom l'indique, D/Troit est.. ah, bah non, pas du tout en fait. D/Troit est un groupe danois s'inspirant grandement des productions Daptone records et autres formations soul rappelant le bon temps de…
    Tags: soul, groupe, on, daptone, temps, premier, aux, titres, facebook, instagram
  • 10000
    Qui a inspiré l’autre ? On ne le saura pas, mais en tout cas, sur ce troisième album, Durand Jones And The Indications quitte peu à peu les terres de la soul seventies pour s’orienter vers une disco / soul / funk en droite lignée de l’album solo d’Aaron Frazer sorti…
    Tags: bien, d, disque, l, plus, the, s, toujours, groupe, soul
  • 10000
    Je ne sais pas d'où m'est venu cet amour de la crying soul. On en écoutait pas chez moi, aucun pote ne m'a initié... En fait, je pense que c'est juste une question de sensibilité. Enfin, bref, cet amour des musiques soyeuses et mélancoliques va encore une fois être assouvi…
    Tags: soul, the, bien, amour, assez, groovy, l'album, paroles, instagram, facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.