THE SERVANT : How To Destroy A Relationship

servant how to

En voilà un groupe qui était attendu au tournant ! Ce troisième album des Servant, c’est certain, ne peut pas se permettre de décevoir, et le groupe anglais le sait bien, lui qui a eu bien du mal à se hisser au sommet de la scène pop malgré ses évidentes qualités ! Tout débute ici par la judicieusement placée (puisque tubesque) chanson-titre, qui affiche une tendance plus rock qui se vérifiera tout au long de l’album. De fait, si les morceaux sont vraiment excellents, ils sonnent beaucoup plus « pop classique », se rapprochant parfois de Travis, et ont perdu ce grain de folie qui faisait le charme de « Orchestra » ou « Shall We Liquify ? ». Alors, vendus The Servant ? Certainement pas, il aurait été à coup sûr plus facile de réitérer l’exploit et proposer une resucée de l’album éponyme précédent, et il a fallu beaucoup plus de tripes à Dan Black et les siens pour opérer ce virage stylistique. On termine donc l’écoute de cet album serein, à l’image de la finale « Out Of Phase », mais avec tout de même le sentiment qu’on a perdu une formation originale au profit d’une autre plus consensuelle.

Paroles de l’album

Site officiel

The Servant : How to destroy a relationship ?

Related Posts

  • 10000
    Depuis 1995, The Faint dynamite l'electro-rock en y incluant de grosses influences plus musclées ou plus sombres. Ce côté un peu pompier, c'est ce qui fait la personnalité et le charme du combo. Alors même après une pause de 6 ans pour retrouver l'inspiration, on se doute qu'on en retrouvera…
  • 10000
    Premier album pour ces Italiens, qui ont fait le choix de ne pas chanter dans leur langue maternelle. On ne leur en tiendra pas rigueur, tant la botte a une assez mauvaise image d'un point de vue musical. « Technicolor Dreams », donc. Mêlant écriture pop classique au sens noble…
  • 10000
    Pour son troisième album, Maxim Nucci persiste dans la voie plus rock qu'il avait tracée sur son précédent album. Tout au plus y verra-t-on des touches pop eighties un peu plus marquées, mais celles-ci ne sont qu'une goutte dans l'océan d'influences du bonhomme. Car oui, Yodelice, l'alter-ego de Maxim, a…
  • 10000
    Oui, lorsque j'étais plus jeune, les cheveux longs et les idées courtes (raccourci facile mais hélas vrai), j'ai craché sur des groupes comme Travis. Pas assez rock, trop de ballades, trop facile mélodiquement parlant, trop vendeur, que sais-je encore. Et puis j'ai vieilli, et l'expérimentation pour l'expérimentation a commencé à…
  • 10000
    Croisés il y a deux-trois ans sur une compil indie pop, les estoniens de Ewert and the Two Dragons m'avaient laissé un très bon souvenir, celui d'une pop simple et entraînante. Ayant perdu de vue mon objectif d'alors de les découvrir sur disque, c'est avec de nombreux mois de retard…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *