THE SAINTE CATHERINES : Dancing For Decadence

sainte catherines dancing

Ahhh ! Enfin Fat Wreck daigne me faire l’honneur de m’envoyer l’une de ses productions ! Une seulement, je suis sur la sellette ! Et c’est là que le cas de conscience se pose. Si c’est mauvais, que fais-je ? Ah, oublions ça, il sera toujours temps d’y penser quand la galette sera finie. Mais le stress monte tandis que je décachette l’enveloppe du nominé…et que je découvre son nom. The Sainte Catherines ? Un nom qui prête à sourire, certes, mais ne rappelle aucun souvenir en moi. Ils tournent en première partie de Me First And The Gimme Gimmes ? Eh, pas mal ! Et ce sont des Québecquois ? Oula, c’est que la boîte place en eux des espoirs certains alors ! Le stress monte encore un peu…Soit, on va faire avec. Le cd pénètre pour la première fois ma chaîne hi-fi, et commence à tourner…Et là, soupir et stupeur. Mais c’est…c’est…c’est excellent ce truc ! C’est de la bombe, tabernacle ! Comment décrire le genre pratiqué ? Pour être honnête, les références avancées dans la bio, à savoir Hot Water Music et Leatherface, je les connais surtout de loin…Moi je pense aux morceaux les plus rugueux de Nofx, période « Punk In Drublic », voix et musique, avec un soupçon de hardcore mélodique et d’émo /rock indé bien pêchu, à la Unfinished Sympathy par exemple, le tout saupoudré d’une certaine conscience politique old school, et d’un humour non dénué de références (« The Shape Of Drunks To Come », on l’avait pas encore faite celle-là). De toute façon, soyons clairs, pour que Fat Wreck débauche un groupe franco-canadien (même si anglophone), et ce après deux albums, c’est que celui-ci doit avoir de sacré atouts dans sa manche. Outre ses trois guitares, le punk rock de The Sainte Catherines a des qualités indéniables ; un talent mélodique rare, une concision qui évite les égarements, une énergie communicative, une hargne qui prend aux tripes. Rien que ça ! A découvrir absolument, pour adultes et adolescents, comme ils disent…Et à découvrir sur scène tant qu’on y est, car nulle doute que ce « Dancing For Decadence » y est sublimé !

Paroles de l’album

Site officiel

The Sainte Catherines : I’d rather be part of the dying bungee scene

Related Posts

  • 10000
    Ancienne gloire du punk / hardcore, Hot Water Music avait disparu corps et bien en 2006 suite à la volonté de son leader de continuer sa route en solo. Remis sur selle en 2008 pour quelques concerts, le groupe se décide enfin, 8 ans après son dernier méfait, à sortir…
  • 10000
    Les américains Anti-Flag sont les chantres d'un punk-rock accessible sans être foncièrement pop, sans compromis tout en ayant signé avec une major (RCA, entre 2005 et 2009). Un groupe qui utilise toutes les ficelles et l'éventail des moyens modernes, en conservant une identité et une musicalité foncièrement punk . Et…
  • 10000
    Revoici les punks rebelles de Propagandhi pour leur quatrième album, après quatre ans d’absence. Proposant un compromis entre punk metal et éléments pop, le trio s’y entend pour composer des titres puissants, entraînants et pourtant très « radio-friendly ». Mais attention, ce n’est pas le but du groupe, loin de là. Propagandhi…
  • 10000
    L'Allemagne est un pays largement sous-estimé au niveau musical. Qui pourrait imaginer que le pays abrite en ce moment même un des groupes punk rock les plus talentueux de la scène ? Car oui, trois fois oui, les Beatsteaks sont un groupe à suivre, car proposant un punk rock teinté…
  • 10000
    Quand les gars de Green Day s'ennuient, ils font de la musique. Mais quand ils ont besoin de faire une pause, de s'échapper du « music business », et bien...ils font de la musique. Oui, mais pas sous la bannière Green Day !Aujourd'hui, ils nous arrivent avec un premier album sous le…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *