THE RUMJACKS : Hestia

J’avais fait l’impasse sur leur « Saints preserve us » en 2018, mais me revoilà à l’assaut du nouveau brûlot folk punk des australiens. Sur ce cinquième album, on retrouve ce qui avait plu aux fans sur les précédents ; une énergie communicative, un sens du groove qui donne envie de danser, des éléments folks bien présents, mais surtout une attitude punk jamais remise en cause. D’ailleurs, sur ce cinquième album, le punk reprend le dessus je trouve. Il faut dire que la voix du nouveau vocaliste, Mike Rivkees, est un peu plus marquée punk. Mais n’ayez crainte, le groupe prend encore un malin plaisir à saupoudrer sa musique d’autres influences ; ska sur « Naysayer » et « Wanderust », hard rock sur « Through these iron sights », ce qui ne l’empêche pas de proposer des titres plus typiquement folk. L’exemple le plus flagrant est la pub song « Sainted millions », même si la plus discrète « Rhythm of her name » pourrait aussi y concourir. Alors, excellent ce nouvel album ? Hum. Lorsque l’on progresse dans l’écoute, quelque chose bloque, au fur et à mesure. Les titres sont bons, ils sont ce qu’on est en droit d’attendre, ils affichent les qualités décrites ci-dessus. Mais ils sont répétitifs. Peut-être est-ce moi qui ne suis pas dans les bonnes dispositions aujourd’hui, Mais le fait est là ; si j’en trouve quelques-uns excellents, sur le long terme je m’ennuie presque, face à des titres qui utilisent souvent les mêmes rythmes et instrumentations, et peut-être pas assez de caractère parfois. Bien sûr, ça reste fun et très écoutable, mais je pense que mes exigences pour cet album étaient juste trop hautes.

Instagram

Facebook

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Quelque part entre les Dropkick Murphys et Social Distortion, les Rumjacks, quintette folk punk de Sidney, sort ici un troisième album présentant toutes les qualités pour se hisser tout en haut de la chaîne alimentaire du genre. Parce qu'ils ont tout, les bougres : du groove, de l'énergie, une hargne punk,…
    Tags: rumjacks, on, titres, the, punk, ne, avait, attendre, droit, groupe
  • 10000
    Quand Strung Like A Horse sort son premier album en octobre 2020, il sait déjà qu’il va bien se vendre. Pourquoi ? Parce que le groupe s’est formé pas moins de 10 ans plus tôt, et qu’il a déjà fait voyager sa musique à travers tout le pays. Et son pays,…
    Tags: folk, n, qu, j, dire, peut-être, musique, plus, bien, album
  • 10000
    Depuis ses débuts discographiques en 2008 avec « Letters home », les San Franciscains de Get Dead explorent le folk punk, y ajoutant à l'occasion un soupçon de country. On a cependant pu déceler un léger durcissement en 2016 avec « Honesty lives elsewhere » qui intégrait un rudesse plus hardcore. Il faut dire…
    Tags: bien, on, punk, y, plus, folk, the, ne, facebook, instagram
  • 10000
    Voici deux albums (donc, trois avec celui-ci) que je suis les aventures de ces allemands qui proposent une mixture folk punk très irlandaise. Bon, et ce disque est aussi l’occasion de vérifier si l’une de mes craintes se réalise. Car si j’avais apprécié le disque précédent, j’y avais décelé également…
    Tags: plus, l, on, j, the, bien, ne, me, y, groupe
  • 10000
    En musique, il n'existe pas d’appellation d'origine contrôlée. On peut trouver de la salsa en Suède, du black metal en Turquie, de l'electro en Inde, et même du folk punk en Allemagne. Bon, ok, en fait on trouve de tout en Allemagne. Voici donc le deuxième album d'un groupe de…
    Tags: the, on, plus, y, of, album, punk, folk, rock

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.