THE PRETTY RECKLESS : Death by rock n’ roll

Quand The Pretty Reckless a débarqué sur la planète rock en 2010 avec « Light me up », en pleine propulsion de carrière de Taylor Momsen, beaucoup n’y ont vu, ou voulu y voir, qu’une lubie de l’actrice. Et je n’étais pas loin derrière, même si j’avais été agréablement surpris par le disque. Aujourd’hui, le groupe fait partie du paysage hard rock international, et il n’est plus permis de douter de l’implication de la dame. Pour autant, je n’ai pas vraiment prêté attention à la suite de ses aventures. Parce que le style du combo s’avérait tout de même un peu trop classique et plan-plan pour moi. « Death by rock n’ roll » est le quatrième album de The Pretty Reckless et l’occasion de voir où il en est. Et puis, bon, il y a Matt Cameron et Kim Thayil sur un titre, Tom Morello sur un autre ; ça donne envie de voir s’ils sont venus cachetonner ou pas. Spoiler ; non. « Only love can save me now » (avec les deux premiers) comporte de bons riffs bien gras et puissants. Et si on y retrouve pas le souffle épique d’un Soundgarden (mais on en attendait pas tant), il s’avère être l’un des titres les plus réussis de ce disque. Je reste beaucoup plus réservé pour « And so I went » ; même si la guitare n’y est pas reste, je trouve le titre plus laborieux, un peu trop « à tiroirs ». La très bondienne « 25 », que je ne voyais absolument pas arriver, est plus impressionnante. Le combo réitère avec « My bones » ; il est doué pour produire de vraies-fausses balades qui s’avèrent plus explosives et évocatrices que prévu. Bon, tout n’est pas du même acabit, et il faut passer par les titres un peu moins inspirés bien que très respectueux du concept hard rock / rock du projet depuis ses débuts. Dans l’ensemble, « Death by rock n’ roll » est très correct. Il me laisse encore un peu sceptique, puisque je n’y trouve majoritairement que ce que je connais déjà et n’apprécie qu’à petites doses, mais je le qualifierai de « big rock à l’américaine ». Un terme un peu péjoratif mais pas tant que ça, plutôt synonyme de madeleine de Proust, de plaisir sans conséquences, dont on prendra tout de même soin de ne pas abuser.

Facebook

Instagram

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    C'est avec énormément de retard que je me penche sur le cas du groupe de l'actrice de la série Gossip Girl, Taylor Momsen. N'étant pas fan de la série, et un peu trop vieux pour m'intéresser au joli minois de la demoiselle, j'ai découvert le groupe non pas par torchon…
    Tags: me, the, reckless, pretty, rock
  • 10000
    Dans le terme « rock progressif », il y a rock. Derrière cette lapalissade, se cache une réalité cruelle ; la plupart du temps, le terme « musique progressive » pourrait aussi bien s’y substituer. Mais quelque part en Gaule (en Alsace, en fait), une tribu d’irréductibles zicos s’est mis en tête de donner un…
    Tags: l, on, rock, n, s, y, plus, alternatif, amour, fort
  • 10000
    Quatre jeunes gens très énervés débarquent de leur Pays de Galles natal pour nous violenter les oreilles avec un rock alternatif toutes guitares dehors, et l’attitude punk dégainée. On ressent dès les premiers (très bons) titres de ce « Beauty of youth » la marque d’une génération de groupes qui ont digéré…
    Tags: l, rock, on, pretty, alternatif
  • 10000
    Mother Feather est un groupe à l'imagerie glam rock, citant comme influences aussi bien T-Rex que Lady Gaga ou Salt n' Pepa, et signé chez Metal Blade. Je pourrais très bien vous laisser vous démerder avec ça et partir au café, et vous seriez bien emmerdés. Mais je ne suis…
    Tags: rock, hard
  • 10000
    Ah, les groupes et leur nom ! C'est parfois très compliqué et souvent décevant de savoir pourquoi une formation a choisi de prendre un nom ou un autre. D'autres fois, c'est très simple, trop même. Pour le coup, on se situe bien dans la deuxième catégorie. « Band Of Spice » parce que…
    Tags: on, rock, alternatif, hard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.