THE MORGANATICS : We come from the stars

morganatics_wcfts_cover

Je ne sais pas vraiment d’où viennent ces français, mais des étoiles, ils doivent en tout cas avoir quelqu’un qui veille sur eux. Après un premier album remarqué par quelques initiés et partagé par quelques érudits, les voici avec un deuxième opus simplement bluffant. Oui, je sais, je casse le suspense d’entrée de jeu, mais vraiment, je ne m’attendais pas à ça. D’autant plus que, cerise sur le gâteau, ce deuxième album est assez inclassable. On y trouvera de l’emocore, du rock progressif, de la pop, du rock indé, des éléments électro, d’autres plus rythmés (osera-t-on dire dansants ?). On y trouvera aussi deux chants, l’un masculin, l’autre féminin, finalement assez proches en terme de tessiture mais complémentaires. Mais on y trouvera surtout des chansons, fortes, belles, moins simples qu’elles n’en ont l’air, tantôt très pop et mélancoliques, tantôt plus directes, frontales mêmes, et… tout aussi mélancoliques. Le groupe se qualifie lui-même de « spleen rock » ; il a donc pleinement conscience de ce particularisme. Mais pour être bien clair, et même si ce deuxième album est riche et varié à souhait, je pense que les non-amateurs d’émocore auront du mal auront du mal à y pénétrer. Une fois ce postulat de départ accepté, il ne vous restera plus qu’à profiter de la vue de l’espace en direct de ce disque très spécial.

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    J'ai pas mal écouté de metalcore, emocore, post-hardcore, encore et encore, parfois même en maillot de corps en mangeant du thon albacore. J'en voyais tellement arriver, de babord à tribord, qu'à la fin je me suis jeté par-dessus bord. C'est que les groupes avaient beau croire faire de la musique…
  • 10000
    Pur produit de la société américaine, le floridien Underoath mélange sans hésiter emocore et foi chrétienne. Et loin d'être indigeste, sa musique gagne franchement à être connue. A ce titre, il y a deux ans, « Define The Great Line » établissait les jeunes gens comme valeurs sûres d'une scène surpeuplée, en…
  • 10000
    Thrice est l'un de ces nombreux groupes emocore qui ont petit à petit basculé du côté moins obscur de la force, se rapprochant d'un rock indé plus accessible traversé de moments plus énervés. Ce sixième album vient confirmer la tendance, ainsi que tout le bien qu'on pouvait penser du groupe.…
  • 10000
    Si l'emocore n'est plus trop dans l'air du temps, ça n'empêche pas quelques formations de le pratiquer intensément. Chiodos, qui a récemment vu son line-up une nouvelle fois modifié avec la réintégration d'ex-membres, pratique le genre depuis 2001, d'une façon plus ou moins pop. Ce quatrième album, et premier à…
  • 70
    Le nom de Mew ne vous dis peut-être rien. Je ne vous jetterai pas la pierre, même si vous pourriez trouver chez moi une bonne moitié de leur discographie ; le groupe danois souffre d'un certain manque de médiatisation. D'ailleurs, si vous tapez « Mew » sur votre moteur de recherche préféré, vous…
    Tags: de, ne, plus, rock, pop, indépendant, progressif, indépendante, indie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *