THE MELTDOWN : It’s a long road

Des fois, en découvrant, on se demande comment on en a pas entendu parler avant, tant il correspond à ce qu’on recherche. Oui, « Tell you not to worry » m’a mis, doucement mais sûrement, un uppercut. Sa country / rock / soul m’évoque un croisement entre un Spain et un Lee Fields. A ce moment-là, je suis plusieurs mètres au-dessus du sol. Et ça ne s’arrange pas avec la plus groovy mais aussi imparable « River ». La bluesy « Lie to me » me touche moins, même chose pour la plus lumineuse « Hold on to hope ». Par contre, dès les premières mesures de « It’s a long road », duo avec Emma Donovan, je suis de nouveau sous le charme. Et ça continue comme ça jusque « Hard times letting go ». Même les titres qui me mettent moins en transe me font assez d’effet pour ne pas hésiter à placer « It’s a long road » comme l’un des tout meilleurs disques de soul rétro sortis cette année. En fait, ce disque sonne comme une madeleine de Proust pour moi. Attention, référence de yeuv à venir. Quand j’étais gamin, je regardais la série « Les années coup de coeur ». Cette série, qui empruntait le « With a little help for my friends » repris par Joe Cocker comme générique, était pour moi la représentation ultime de la nostalgie ; un sentiment mitigé entre la joie de retrouver quelque chose qu’on aime, et la tristesse de l’avoir perdu. Et bien ce disque, c’est tout à fait ça ; il évoque une époque dorée, un endroit reculé, où on sera en paix ; tout en mettant en évidence le fait que cette accalmie ne sera que passagère. Pas le choix pour retrouver ce sentiment ; je le réécoute. Et immédiatement, ce sentiment de plénitude revient. Addictif !

Instagram

Facebook

Related Posts

  • 10000
    Lorsqu’on connaît Lee Fields, on sait tout à fait où on met les pieds en débarquant sur un nouvel album du bonhomme. Une soul funky, impeccable, élégante, transpirant juste ce qu’il faut, portée par la voix magique du presque septuagénaire. Les arrangements élégants, le groove dompté, la musicalité des années…
    Tags: on, l, soul, ne, qu, me, it
  • 10000
    Je ne peux pas bouder un nouvel album de Lee Fields, d'autant plus quand on me promet qu'il s'agira d'une soirée particulière. Bon, pour être tout à fait honnête, il semblerait que le soulman ne s'adresse pas vraiment à moi, mais plutôt à la femme de sa vie. Peut-être même…
    Tags: ne, plus, chose, soul, me, the, on, moi
  • 10000
    Petit bonhomme présentant des traits commun avec James Brown et une carrière exceptionnellement longue, même si émaillée de périodes creuses, Lee Fields revient trois ans après un "My World" avec un disque de soul seventies de haute volée. Comme le précédent, diront les connaisseurs. Mais moi qui n'ai jamais entendu…
    Tags: on
  • 10000
    Lee Fields m'avait vraiment impressionné en 2012 avec son album "Faithful man", riche en soul classique et accrocheuse, rappelant les grandes heures de la Stax. La chanson-titre, imparable, aurait facilement été classée dans mon top 10 de l'année si j'en avais fait un. Alors ce nouvel album, je le guettais…
  • 10000
    N'étant pas grand fan de jazz, je ne saurais vous dire si le talent de Charlie Haden, contrebassiste ayant collaboré avec Abbey Lincoln ou Paul Bley est héréditaire, ni son jeu ressemble à celui de son fils Josh, maître d'oeuvre de Spain, dont "I... Believe" est le second album en…
    Tags: ne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.