THE HOLD STEADY : Open door policy

En France, on a la chanson à texte, à New York, il y a The Hold Steady. Derrière cette affirmation un peu osée, il y a une vérité et aussi la raison de la porosité très très relative des médias et du public français à ce groupe qui pourtant est largement reconnu chez lui. En effet, chez The Hold Steady, c’est le texte qui prime sur le reste. Non pas que le reste manque d’accroche ou d’intelligence de composition, non ; les influences du groupe vont du classic rock aux styles plus alternatifs et indie des 90’s et 2000’s, en passant par quelques détours americana ou jazz, et si on ne peut pas dire qu’un de leurs albums soit « plan-plan », on y tutoie pas non plus des structures de folie. La raison principale pour laquelle The Hold Steady ne vous évoque rien, c’est que le texte prend vraiment une place énorme, et que sans le comprendre, on perd une partie de la saveur de ses œuvres. D’autant plus que, de chant, il n’en est qu’à moitié question avec Craig Finn, grand manitou et plume, qui la plupart du temps a plus tendance à déclamer ses textes. Vous vous souvenez du « Popular » de Nada Surf ? Et bien, vous y êtes quasiment. La parenté avec un Randy Newman (le « you’ve got a friend in me » de Toy story, pour aller vite) est évidente aussi. « Open door policy » est un objet complexe à appréhender pour un non anglophone, mais pas impossible. Il est porteur d’une certaine originalité, un exotisme, de par sa forme. Il n’est pas le disque sur lequel on va danser, mais contient tout de même du groove, de la rondeur, du rythme, et de jolies parties de cuivres. Il n’est pas celui sur lequel on va chantonner sous la douche non plus. Mais il est attachant, varié et personnel, et recèle de beaux moments. Et si on est désireux d’apprendre la langue, c’est un outil indispensable !

Facebook

Instagram

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Tout d’abord, une précision. C’est grâce à la réédition de ce disque pour son premier anniversaire que j’ai eu l’occasion de le découvrir. Avec sa pochette et sa graphie qui sent bon le glam de papa, on est prêt à voir débarquer avec Starbenders un nouvel ersatz du revival seventies.…
    Tags: plus, d, on, n, rock, a, groupe, qu, pop, y
  • 10000
    En musique comme à la guerre, la surprise peut venir de partout. Je pense que c’est pour ça que, des années après avoir commencé en dilettante à écrire ce que je pensais de ce qui me passait par les oreilles, je continue à m’accrocher. Bien sûr, il m’arrive d’être découragé,…
    Tags: c, a, ne, d, qu, rock, groupe, the, n, on
  • 10000
    Formé en 1995, Mando Diao est, même si son nom ne vous dit probablement rien, l’un des fers de lance de la pop suédoise. Enfin, pop, c’est vite dit. Si le groupe de Börlange connaît un si franc succès dans ses terres et un peu ailleurs aussi, sa tendance à…
    Tags: on, the, pop, rock, ne, plus, a, qu, y, groupe
  • 10000
    On savait Jack White fortement influencé par la musique de ses parents. Influences qu'on avait déjà largement vu transparaître autant sur son album solo précédent que chez les Raconteurs, les Dead Weather ou même au travers de l'album en compagnie de sa dulcinée Karen Elson. Et bien ce "Lazaretto" semble…
  • 10000
    Je n'étais pas très franc en découvrant la pochette de ce « Slow gum ». L'appréciation artistique, je vous en fait grâce, parce que de toutes façons ça reste extrêmement subjectif. Ce qui m'a frappé en fait, ça n'est même pas la jeunesse de Fraser A. Gorman. C'est sa ressemblance troublante avec…
    Tags: a, rock

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.