THE FAWNS : Goodnight, spacegirl

fawns_goodnightspacegirl

La pop peut revêtir des formes bien diverses. The Fawns, mené par l’auteur / compositeur Lesa Bezo, est un groupe américain qui a décidé d’en explorer le « sunny side ». Ici, tout est simple, chaleureux, sans arrière-pensées ni complications. « Goodnight, spacegirl » est le troisième album du quintette, et s’inscrit dans la continuité des autres. Alors oui, ces 35 minutes sont de celles « qui ne prêtent pas à conséquence ». Très classiques, les chansons de ce disque sont efficaces, sans plus. Il leur manque un peu de piquant, pas mal d’âme. Bref, c’est pas mauvais mais un peu trop fadasse pour moi. Next.

Site officiel

The Fawns : High school party

Related Posts

  • 10000
    Dans la musique comme dans la vie, il y a les amis et les potes. The Courteeners se situent pour moi dans la deuxième catégorie, celle qu'on croise de loin en loin en se disant "ah, ouais, sympa" et qu'on oublie quelques jours plus tard. Ainsi, en 2008, "St Jude",…
  • 10000
    Troisième album des natifs de Chicago Empires, "Orphan" voit le groupe plonger corps et âme dans un pop rock très classique, là où le combo donnait (apparemment) dans un rock indie – garage un peu moins convenu par le passé. Je ne sais pas ce qui est arrivé au groupe…
  • 10000
    Certains groupes n'ambitionnent rien de plus que de faire de la bonne musique, juste celle qui leur plaît. We Are Scientists est incontestablement de ceux-là. Prenez un titre comme "Dumb luck" par exemple. Excellent, accrocheur, mais sacrément classique. Comme son nom ne l'indique pas, We Are Scientists pratique un pop…
  • 10000
    Deuxième essai pour Cults, qui sans surprise joue toujours dans la même catégorie que pour son premier album, à savoir un pop rock résolument nostalgique, léger et facile d'écoute. J'avais trouvé leur premier album plutôt bien troussé, malgré des mélodies et gimmicks un poil trop faciles. Et pour ça non…
  • 10000
    Le trio suédois Eskobar nous arrive du froid avec un pop rock rappelant parfois leurs voisins Kent, l'énergie en moins. Car, sorti de quelques titres ("Why London ?", "Snowman") aux effets de manche sympathiques, on s'ennuie ferme. Ça, c'est sûr, le froid, ça engourdit les membres, et parfois même l'esprit.…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *