THE DEVIL MAKES THREE : Redemption & Ruin

devilmakesthree_redemption

Une fois n’est pas coutume, les américains d’habitude très country gothique / cow punk The Devil Makes Three se la joue beaucoup plus classique, voir consensuel au sein de ce nouvel et cinquième album (je ne compte pas les albums live). Et pour cause ; il s’agit d’un disque de reprises de leurs influences. Si l’exercice est loin d’être nouveau (et original), il a au moins le mérite de nous renseigner sur ce qui a fait naître ce chouette groupe, et ce qui fait encore battre son cœur de midinette quelques 14 ans après sa création. Nous voici donc avec des réinterprétations de titres de Muddy Waters, Tampa Red, Townes Van Zandt, Willie Nelson, Hank Williams et quelques autres, entre country, folk et blues. N’étant pas très porté sur les racines du genre, mais plutôt ses déviances plus récentes, je ne sais qu’en apprécier des reprises que j’imagine assez proches des originales. L’occasion de constater que le trio californien, assisté ici de quelques voix prestigieuses (si vous êtes curieux, vous n’avez qu’à écouter le disque, na !), est toujours aussi doué quel que soit la matière première. Oh oui, ça ne vaut peut-être pas une nouvelle oeuvre du combo, mais ça vaut largement le coup de s’y pencher pour peu que l’on soit sensible aux sonorités country !

Paroles de l’album

Site officiel

The Devil Makes Three : Champagne and reefer

Related Posts

  • 10000
    J'ai aimé Murder By Death. Je l'ai aimé pour la singularité de sa musique, rock indé infusé au country-punk et au gothabilly, pour sa noirceur et son cynisme, pour la rage peu contenue de ses compositions, pour la voix reconnaissable entre mille de son leader. Mais comme souvent lorsqu'on aime,…
  • 10000
    Quatrième album pour Murder By Death, et premier chez Vagrant, qui ne s'est pas trompé en signant ces très talentueux adeptes du country punk. Ce disque fait vraiment le lien entre Nick Cave, Johnny Cash et Sixteen Horsepower. Dès le premier titre, « Comin' Home », gothique en diable, on…
  • 10000
    Adrian Crowley, songwriter irlandais folk rock à la voix sépulcrale, vous n'en entendrez pas forcément parler ailleurs. Et d'ailleurs, je ne vais pas me la jouer non plus, parce que si madame Pias ne m'avait pas envoyé ce disque, qui est quand même le septième, je serai moi aussi passé…
  • 10000
    David Eugene Edwards ne revient pas toujours en très grande forme, mais il a au moins pour lui de ne jamais faire patienter bien longtemps ses fans. Dans la droite lignée de ses précédentes productions, il continue d'explorer le folklore américain, le métissant cette fois encore plus avec les autres…
  • 10000
    Après un déjà très réussi "Mosaïc", sombre et épique, j'étais loin de m'attendre à un retour plus rock de Monsieur Edwards avec son projet solo. Car, si le cowboy est capable du meilleur, sa carrière avec Woven Hand est tout de même assez inégale. Bonne, très bonne surprise donc que…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *