THE DAD HORSE EXPERIENCE : I am a stranger here below

2008. The Dad Horse Experience naît. Né d’une passion pour l’americana et d’une découverte tardive du banjo. Il faudra quelques années et l’album « Dead dof on a highway », pour que sa musique me parvienne. Des influences nobles interprétées avec un humour, détachement et avec un accent pour le moins particulier. Un compromis bizarre entre troisième et premier degré, qu’on ne peut totalement prendre au sérieux mais qui fait preuve de-ci de-là de sérieuses qualités de composition, entre americana de plouc, blues rock et gothicana. Le style du « groupe » s’est affirmé, et c’est avec plaisir que je le retrouve aujourd’hui pour ce quatrième album à la tronche très indie américain mais qui conserve toute sa personnalité. Minimaliste, fun et bricolé, « I am a stranger here below » est un (autre) bon disque, chargé de chansons fort sympathiques à l’arrière-goût drôlatique. On retiendra plus particulièrement « My last ride », l’intoductif « That’s the day », « My rough and rowdy ways », « Down the Mississippi » et le morceau-titre. On ne va pas se mentir, sur une partie des titres cités, il est difficile de différencier The Dad Horse Experience d’un O’Death, un The Devil Makes Three ou à la limite d’un Those Poor Bastards, du moins si on fait abstraction de la voix du bonhomme, qui présente vraiment un timbre et une diction qui le rend unique. Mais quoi qu’il en soit, voici un disque trop court mais fidèle en qualité et en variété à ce qu’on pouvait attendre du projet. Et pour une fois, il ne vient pas d’outre-atlantique !

Site officiel

THE DAD HORSE EXPERIENCE : I am a stranger here below

Related Posts

  • 10000
    Dans le petit monde de l'americana pur jus, le nom de Slim Cessna fait office de saint, sinon de guide spirituel. Il faut dire qu'il traîne son stetson depuis pas mal d'années dans le milieu, accompagné/suivi par son compère Jay Munly et quelques autres gravitant autour d'eux (dont un certain…
  • 10000
    En lançant l’écoute de ce premier album de Me And That Man, je ne savais pas à qui appartenait le domaine dans lequel je pénétrais. Mais dès les premières secondes de « My church is black », j’ai compris sur quelles plates-bandes le groupe marchait lui-même ; Johnny Cash, Nick Cave, et toute…
  • 10000
    Peu de chances que vous ayez déjà entendu parler de Palodine, obscur groupe américain proposant une musique au croisement du blues rock, de l'americana et de la folk. Pourtant, si vous avez dans votre discothèque personnelle un disque de fin de carrière de Sixteen Horsepower, ou mieux, de Woven Hand,…
  • 10000
    Matt Bauer, c'est un nom qui me parle un peu. Bon, je ne vais pas non plus vous bourrer le mou, je ne suis pas spécialiste de son œuvre, mais je sais qu'il est assez grand, chauve, barbu, et qu'il peut être classé dans la catégorie folk. Tout ça, je…
  • 10000
    C'est un nom de groupe bien singulier que celui-ci. Mais en fait, ce groupe américain ne l'a pas inventé : il s'agit du nom d'une série western des années 50-60. Et c'est assez révélateur du genre musical développé ici. Un compromis entre folk rock, rock indé énergique et americana. Ah, et,…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *