THE CRAFTMEN CLUB : Colores

« La route est encore longue… droite, figée, elle attend » déclame Steeve. La route, The Craftmen Club la connaît bien. Près de 20 ans d’existence et « Colores » est seulement le 4e album du combo : autant dire que la réputation de groupe de scène du groupe n’est pas usurpée. Pourtant, il ne serait pas juste de croire qu’il est inoffensif sur disque. « La route » m’accueille donc version panorama noir charbon, et je suis déjà sous le charme. « La jetée », beaucoup plus rock et directe, est un titre de scène par excellence, mais s’avère moins inoubliable. Et si « Expect to crash » joue à peu près dans la même catégorie, son riff s’avère beaucoup plus contagieux. La machine est lancée. Que ce soit en langue anglaise «(« Love ») ou française (« Colores »), le groupe sait faire preuve d’une force et d’une intensité rares, explosant souvent en une catharsis quasi mystique. Je ne suis pas très client de la langue française en musique en général, et le fait qu’ici The Craftmen Club passe de l’une à l’autre sans même y penser ne me dérange absolument pas. Tout me paraît tellement naturel et à sa place dans ce « Colores » que ça en est troublant. J’ai l’impression d’en connaître chaque interstice, de les explorer pour la énième fois, de les aimer depuis des mois. Son emphase, sa mélancolie, son amertume, je les déguste comme un bon alcool, qui me dévore à petit feu mais n’enivre en même temps. Voici donc une route gris bitume que je serai heureux de continuer à arpenter en compagnie des guingampais.

Site officiel

The Craftmen Club : La route

Related Posts

  • 10000
    Désabusé, tel est le mot qui vient aux lèvres ici. Voix monocorde, éléments rock electro et chanson se conjuguant, textes cyniques à l'humour grinçant, et cette petite dose de talent qui fait passer le tout, voilà l'univers d'Erik Arnaud, compagnon de route de Florent Marchet qui semble ces derniers temps…
  • 10000
    Revoilà Luke avec son deuxième effort discographique. Toujours fortement chargé d'influences Noir Désir, tant au niveau de la voix que de la musique, le groupe a quelque peu évolué dans sa démarche et se montre un peu plus personnel parfois. Bon soyons honnêtes, lorsqu'on écoute un album de Luke, c'est…
  • 10000
    Ce nouvel album de Deportivo est l'occasion de s'interroger sur la place du compositeur et du producteur au sein d'un enregistrement, et du poids social de la mode. Car « Ivres et débutants » a été produit par Gaetan Roussel, meilleur ceci, meilleur cela, et donc proclamé vérité absolue et modèle par…
  • 10000
    Une fois n’est pas coutume, ce « Lozère » ne m’a pas été imposé par le hasard, conseillé par un tour-opérator musical, mais par les artistes derrière ce nom mystérieux eux-mêmes. Voici qui relève de l’audace au mieux, de la prétention au pire. J’ai tendance à pencher pour la première option. Cvantez,…
  • 10000
    Déjà pressenti comme un disque maudit, ce retour par la petite porte du monstre supposé, authentique écorché vif Bertrand Cantat, dont je ne vous ferai pas l'offense ni de retracer la carrière musicale ni de m'épancher sur les raisons de ce come-back camouflé, effraie autant qu'il attire. Il me faut…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *