THE COFFIN DAGGERS : Aggravatin’ rhythms

coffindaggers_aggravatin

Il y a quelques temps, dans ces mêmes pages, je vous exposais mon amour pour un album de The Ghastly Ones. J’ignore combien d’entre-vous ont donné sa chance à ce formidable disque, mais je sais que peu pourront le posséder vraiment. Alors aujourd’hui, je vous donne une occasion de rattraper un peu le coup. Certes, derrière ses atours de série B, The Coffin Daggers est beaucoup plus sage que la formation précitée. La formation new-yorkaise pratique un genre plutôt classique auquel se greffent des influences plus punk, mais de manière très subtile. Le rythme, contrairement à ce que suggère le titre de l’album, ne fait pas que de s’accélérer. Il varie assez souvent, nous préservant du grand méchant ennui. Des couleurs pop, rockabilly, rock n’ roll, des ambiances diverses (science-fiction, polar, mystère, épouvante, aventure) viennent lui porter assistance. Et au final, si « Aggravatin’ rhythms » reste plutôt classique pour une production surf rock, il reste une belle réussite et un disque agréable, d’autant plus qu’il s’avère trop court pour lasser.

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Dès le premier titre, vous allez vous demander : « wow, mais qu'est-ce que c'est que ça ? ». Eh bien ça, mes amis, c'est du surf rock, et oui, on en produit encore en 2015. Et c'est tant mieux ! Messer Chups est un trio qui nous vient de Russie, et a derrière lui…
  • 10000
    La recette de la musique de The Ghastly Ones est assez simple. Formé de concepteurs d'effets spéciaux passionnés de films « de genre », elle reflète à la fois les goûts cinématographiques et musicaux du trio. Et côté musique, on se situe dans un surf rock assez classique parfois mâtiné de rockabilly…
  • 10000
    Vous aimez Horrorpops, et le psychobilly en général ? Réjouissez-vous, Thee Merry Widows est fait pour vous ! Sorte de Tiger Army dernière période au féminin, les cinq donzelles sauvages ont concocté des titres classiques et accrocheurs, entre rockab', surf rock, punk et psychobilly pur, et on ne peut que…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *