TELLIER, Sébastien : My God Is Blue

tellier My-God-is-blue

Sébastien Tellier, c’est un patronyme tout ce qu’il y a d’ordinaire et de respectable. Pourtant depuis quelques années, le barbu qui le personnifie fait tout pour qu’on le prenne pour un sacré allumé. L’est-il vraiment, ou est-ce un personnage dans lequel il s’enferme, on ne le sait pas assurément, et tout bien considéré là n’est pas l’enjeu. Car même sans le personnage, sans le décorum, il reste de la musique. Alors on ne s’attardera pas forcément sur les paroles de « Pépito Bleu », premier titre de ce 9e album, inaugurant le concept développé au travers des douze titres ici présents, celui de la bande-son d’une secte-religion kitch et « too much » dont l’auteur est le gourou raelien. Musicalement, on navigue entre electro-pop, Jean-Michel Jarrisme assumé et musique de film. On retrouve aussi ça et là des guitares très « hair metal », apparemment dans l’air du temps, pour je ne sais quelle raison. Le disque a de ce fait un aspect très « progressif » qui n’est pas pour me déplaire. Tellier utilise ici les mêmes ficelles que Justice ou Air, mais il le fait juste mieux, et avec une forme d’humour tordue en sus. Alors oui, tout n’est certainement pas à prendre au premier degré ici, à moins de vouloir y perdre son kobaïen, mais l’ensemble s’apprécie comme un hommage appuyé, teinté de dérision et de n’importe-quoi, aux musiciens ayant inspiré le bonhomme. Spatial, très spécial, « My God Is Blue » s’écoute la tête dans les étoiles et le cerveau dans la poche. 

Paroles de l’album

Site officiel

Sébastien Tellier : Pépito bleu

Related Posts

  • 10000
    Tout commence par un « You, Appearing », titre onirique, sorte de long cheminement à travers un monde blanc et cotonneux. Mais les habitués de la musique du bonhomme savent qu'il ne faut pas se fier à une première impression avec M83, entité changeante, protéiforme, œuvrant depuis sept ans dans…
  • 10000
    Premier album d'un groupe electro pop angelino déjà bien hype (le morceau « Pumped Up Kicks » tourne en boucle sur le net, tandis que « Don't Stop (Colour On The Walls) » est vampirisé et propulsé pour un jingle par Canal +), ce « Torches » a tout de la bombe imparable, du disque qui…
  • 10000
    "The English Riviera" avait été pour beaucoup, moi y compris, une jolie surprise, un bonbon doux et piquant à la fois, dont on ne sait pas trop quoi penser lorsqu'il est en bouche, mais dont le goût appelle à retenter l'expérience aussitôt après. Mélange d'apparence maladroite mais bien plus malin…
  • 10000
    Lorsque le leader des Sneaker Pimps s'ennuie dans son coin, il décide de s'attaquer à un projet solo, un vrai de vrai, qui ferait la part belle à l'électro-pop et les influences 80's revenues à la mode depuis peu. Bon, très franchement, la frontière avec son groupe d'origine (toujours en…
  • 10000
    De la collaboration hautement improbable de Tom Barman et Cj Bolland, on attendait beaucoup. On imaginait une musique hybride et fantasque, un délire électro-rock tordu partant dans tous les sens en gardant toujours en vue une musicalité et une efficacité primordiales. Et on se trompait. Ce disque, constituant également la…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *