TALL SHIPS : Impressions

La vie d’un groupe de rock regorge d’épreuves. Et les épreuves, ça vous change, que vous parveniez à les traverser ou pas. Tall Ships, groupe de math rock assez brut à sa naissance en 2009, s’est mangé l’adversité en pleine poire, le laissant endetté, sans label et sans manager. Une galère qui a fait naître ce deuxième album, d’abord sorti en autoproduction, puis ressorti récemment chez Fatcat, un label de la ville nourricière du groupe, Brighton. Le résultat est un disque à mi-chemin entre un post rock / math rock orageux, un indie rock à la Editors et le pop rock flamboyant d’un Manic Street Preachers. « Impressions » est un disque emphatique et cathartique, qui ne s’encombre pas de méandres instrumentaux complexes pour arriver où il veut. Cette simplicité, ce dépouillement finalement très pop lui seront probablement reprochés par les fans d’antan, qui y verront la trahison d’un credo autrement plus noble et méritant. Moi, je m’en fous. Parce que voilà, sur « Impressions », Tall Ships a su parfaitement doser ses efforts, calibrer sa pop attitude pour en faire un tout compact et logique. Lorsqu’on y entre, tout nous paraît parfaitement en place, évident. Alors oui, de là à penser que Tall Ships enfonce ici des portes déjà ouvertes par d’autres, il y a un pas qu’on pourrait franchir en toute légitimité. Mais le fait est qu’ « Impressions » est un très bon disque, et comporte assez d’aspérités pour qu’on s’y accroche comme un koala à un eucalyptus. Et ne cherchez pas de raison à cette analogie, il n’y en a pas.

Site officiel

Tall Ships : Meditations on loss

Related Posts

  • 10000
    Les berlinois d'Esben And The Witch continuent leur chemin sur la voie du post rock mâtiné d'influences plus métalliques. Si « A new nature », ma rencontre avec le combo, m'avait impressionné par sa grammaire rêveuse et orageuse à la fois, un titre comme « Older terrors » présageait d'atours encore plus sombres et…
  • 10000
    Plutôt décrié, « In this light and on this evening » m'avait pour ma part assez plu dans son ambition de ressusciter la cold wave. Sa suite directe, qui opérait un volte-face gênant, m'avait moins emballé, et je m'abstins même d'en parler ici, faute de temps et d'envie. Alors ce « In dream »,…
  • 10000
    Cela a suffisamment été claironné, le Editors nouveau est différent. Peut-être lassé de la guéguerre qui l'oppose à Interpol, le groupe a décidé de se remettre en question, et de changer d'angle d'attaque, pour s'orienter vers une expression qui doit plus à l'électro-pop qu'au rock vénéneux. Pourtant, c'est par une…
  • 10000
    Marrant comme les albums des frères ennemis Interpol et Editors sortent pile à la même période ! Un peu comme si la part de marché réservée aux fans de Joy Division ne pouvait supporter la concurrence. Alors comment va-t-on les départager ceux-ci ? Comparer les timbres respectifs de Paul Banks…
  • 10000
    J'avais fait l'impasse sur "Rewind the film", l'album précédent des gallois. A vrai dire, je n'avais même pas remarqué sa sortie. Acte manqué ? D'après ce que j'en lis, cette erreur n'en était pas vraiment une. Et d'après ce que j'entends ici, j'aurais mieux fait de continuer sur ma lancée.…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *