SWEATSHIRT, Earl : Doris

earl_sweatshirt_doris_cover

Un flow posé et un peu traînant, un univers musical bigarré tombant souvent dans le bizarre et le sombre, des accointances avec Tyler The Creator ; on a déjà compris qu’on est en marge du rap game ricain ici. Pourtant, le côté minimaliste des instrus rappelle le Wu-Tang Clan des débuts. Et si RZA est présent sur un titre, ça ne peut pas être un hasard… Je ne suis hélas pas assez anglophone pour saisir toutes les subtilités des textes du jeunot, mais sa musicalité et son côté décalé me suffisent largement à adhérer à ce premier véritable album du bonhomme, mariage contre-nature de techniques et d’idées modernes et d’un savoir-faire old school. Oui, je suis un garçon un peu tordu, alors forcément, l’ambiance un peu malsaine de « Doris » me parle. Pour autant, ce n’est pas forcément le genre d’album que je recommanderais à la légère ; à découvrir oui, mais pas fait pour toutes les oreilles ni pour toutes les occasions. Earl Sweatshirt, du haut de ses 20 piges, se place déjà comme un artiste à part, de ceux qui se méritent, dont on ne peut pénétrer l’univers sans donner un peu de soi.

Paroles de l’album

Site officiel

Earl Sweatshirt : Hive

Earl Sweatshirt : Chum

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *