SWARM INTELLIGENCE : Rust

swarm_intelligence-rust.008af33f776696ba0fb3cbe46db8efe6

Du groove et des machines. C’est possible, on le sait, mais pas évident. L’irlandais Simon Hayes, lui, semble persuadé du contraire. C’est du moins ce qu’on peut légitimement supposer à l’écoute de ce deuxième album de son très personnel projet Swarn Intelligence. On y trouve des stridences, des rouages, des crissements, des mécanismes, un poil de mélodie et une froideur et une rugosité qui fait froid dans le dos. Oui, « Rust » fait peur. Simon Hayes est tout désigné pour bâtir une très bonne bande originale de film d’horreur, qu’il soit post apocalyptique ou simplement bien vicieux. Amis, entrez ici en abandonnant tout espoir. Si certains refrains évoquent le doom (« Low power line » par exemple), Swarm Intelligence n’a pas forcément besoin de tels artifices pour arriver à ses fins. Sa matière première est déjà vierge de toute compassion, et son auteur ne fait preuve d’aucun humour ou fantaisie dans la composition et la restitution de ces dix pistes. Est-ce cela qui rend « Rust » encore plus hypnotique et fascinant ? Je ne saurais le dire. Mais il est vrai que ces hymnes au rythme robotique embrigadent autant qu’ils agressent, et vrillent si insidieusement le cerveau que celui-ci abandonne rapidement toute résistance et obtempère. Vous l’aurez compris, ce disque n’est pas à mettre entre toutes les oreilles. Son écoute amplifie les sentiments de solitude et de paranoïa, et les esprits étriqués n’y verront que du bruit. Mais d’autres y verront une beauté malsaine, une recherche harmonique dans la violence sonique. Inutile de vous dire que je me situe dans la deuxième catégorie…

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Bon, je sais, je n'ai plus l'avantage de la surprise. Tout le monde le sait maintenant que cet énigmatique « MG » n'est autre que Martin Gore, le compositeur en chef de Depeche Mode. Bien. A présent, que ceux qui attendent une électro-pop accrocheuse rentrent chez eux. Car ce deuxième album solo…
  • 10000
    Ben ouais, moi j'aime bien les trucs chelous, peu importe l'étiquette qu'ils portent. Alors forcément, ce Damaskin venu d'on ne sait où, dont on ne sait rien, mais déniché par un label parisien qui se fait un malin plaisir de fouiller les tréfonds de l'électro en quête de genres décalés…
  • 10000
    Oh, la hoooonte ! Il ne connaît pas The Soft Moon ! Il n'a jamais écouté leur deux premiers albums ! Il n'a aucun droit de parler de ce « Deeper » ! Et pourtant, je vais le faire. Bon, si certains sont dans le même cas que moi et découvrent avec ce troisième album ce…
  • 10000
    Toulouse, c'est pas vraiment la ville ou on penserait croiser la crème du dark industriel. Pourtant, depuis quelques années et après un début de carrière beaucoup plus lumineux, Mondkopf se tourne délibérément vers le côté obscur, donnant à sa techno des couleurs dark ambiant et aggrotech du plus bel effet.…
  • 10000
    Retour sur le devant de la scène pour l'un des groupes les plus anciens et influents du côté obscur de la scène électro. 23 ans de carrière, ce n'est pas rien, surtout en pratiquant un genre tout de même assez étriqué, j'ai nommé l'electro-dark. Bien sûr, on pourra avancer que…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *