SVART CROWN : Wolves among the ashes

Svart Crown fait partie de ces formations françaises dont les graisseux du pays ne peuvent que s’enorgueillir. De celles que le monde entier nous envie. Ou pourrait / devrait le faire. Car Svart Crown est une machine de guerre implacable, que la patine du temps n’abîme en rien, bien au contraire. « Wolves among the ashes » va encore plus loin que ses prédécesseurs, autant en terme d’intensité que de qualité de composition et en hybridation des genres. Black et death metal sont intriqués, confondus, et des éléments plus atmosphériques, doom ou post metal se greffent ça et là. Une musique exigeante, qui demande forcément une implication de tous les instants. D’où les mouvements de personnels (des départs et retours ont émaillé les derniers mois de la vie du combo) ? Peut-être. En tout cas, le résultat en vaut la peine. Malgré les nombreux volte-faces stylistiques sur ce sixième album, ce qui le caractérise le plus est la cohésion de l’ensemble. Parler de black death pour Svart Crown est presque hors de propos tant le qualificatif « metal extrême » lui colle au cuir. Réfléchis, construits, les morceaux ne se contentent pas de bourriner pour assommer l’auditeur, ils louvoient et serpentent, attaquent et se rétractent en permanence, et le groupe s’emploie à se renouveler en permanence, empruntant d’autres voies, explorant d’autres pistes. C’est cette incertitude, cette notion de « danger » qui fait qu’on aime s’infliger ce disque en boucle, et recommencer assez vite. On osera pas encore utiliser le qualificatif progressif ici, mais on aurait pourtant raison ; l’adaptabilité musicale des niçois est impressionnante, leur volonté de donner à leurs titres la plus grande marge de manœuvre et l’interprétation la plus juste possible est louable. Belle évolution !

Facebook

Instagram

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Parfois, les biographies sont très informatives. Parfois, elles sont complètement superflues. C’est le cas pour celle de Kadaverdisciplin. Sans en lire une ligne, j’aurais pu supposer qu’il s’agissait d’un groupe suédois, dont les sujets de prédilection sont la mort, le chaos et la destruction, et dont les influences ont quelque…
    Tags: qu, death, assez, c, the, dont, d, s, se, faire
  • 10000
    Les allemands de Nailed To Obscurity sortent avec « Black frost » leur 4e album. Jamais entendu parler d’eux avant. Le combo, formé en 2005, a pourtant déjà quelques années et galères au compteur. Mais le style dans lequel il a choisi d’évoluer (un death doom très mélodique) n’est pas forcément le…
    Tags: black, plus, on, d, l, qu, bien, metal, disque, c
  • 10000
    Nouveau groupe sur la scène brutal death technique américaine, Black Crown Initiate sait certainement que les places sont chères et qu'il devra batailler s'il veut se hisser dans le haut du panier. Et ce premier album, on le sent, est un témoignage remuant de la volonté de bien faire, de…
    Tags: bien, black, crown, groupe, faire, metal, progressif, death
  • 10000
    Path Of No Return, quartette suédois, ne pratique ni le death, ni le black, ni le heavy prog’. C’était la première information remarquable du jour. Le truc de ces mousquetaires du son, c’est tout simplement le crossover metal hardcore. Un genre surpeuplé mais qui ne cesse d’attirer de nouveaux adeptes.…
    Tags: ne, d, c, black, post, autant, disque, paroles, l'album, peut-être
  • 10000
    Évoluer ou mourir ; Behemoth connaît la règle, et se l’est toujours appliquée. c’est encore plus flagrant sur ce disque au titre singeant le christ. Après un « The Satanist » d’une noirceur exemplaire, il lui fallait se réinventer pour convaincre sa fanbase impressionnante de continuer à plébisciter sa musique. Bon, et…
    Tags: d, plus, lui, disque, se, c, ne, l, bien, qu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *