SUZANNE SANTO : Ruby red

Si en passant, le nom de Suzanne Santo vous a fait tilt, c’est que : 1/ vous l’avez croisée dans une série, ou un film, car elle est aussi actrice. 2/ Vous l’avez croisée au sein de son duo HoneyHoney, combo d’americana qui connaît son petit succès. 3/ Vous l’avez vue sur un podium ou dans un magazine, car elle est aussi mannequin. 4/ Vous pensez qu’il s’agit d’une catcheuse latino, et vous vous êtes gouré de site. Si vous avez répondu oui à l’une des trois premières propositions, vous êtes déjà plus au fait que votre serviteur, qui découvre ce premier album solo par un pur hasard, sans même en avoir lu une ligne. Comme quoi, des fois, le hasard fait bien les choses. Car ce « Ruby red » partage quelques éléments avec le premier album de Karen Elson. Un goût pour les sonorités rétro (moins prononcé que chez l’ex protégée de Jack White), une touche mélancolique déchirante, une couleur très ricaine, entre americana, folk et pop. Ah, et j’allais presque oublier le charme et la sensualité, mais ce sont des arguments tellement subjectifs qu’il sont superflus. Sur ce disque, on retrouve un ami de la jeune femme qui ne nous est pas inconnus et qui cadre tout à fait avec le genre pratiqué, Butch Walker. Il chante sur un titre, donne un coup de main pour un peu tout et produit. Cette alliance produit un disque qui allie effectivement le masculin et le féminin à la perfection : douceur, rugosité, authenticité et tournures folk – pop s’y entremêlent pour notre plus grand plaisir, et il est impossible de s’y ennuyer. Beau, charmant mais non dénué de noirceur et de force, c’est vraiment un disque que l’on se plaira à écouter et réécouter seul, en famille ou entre amis tant il y en a pour tout le monde ici. Je ne connais pas HoneyHoney, mais ils vont avoir fort à faire pour égaler ça !

Site officiel

Suzanne Santo : Ghost in my bed

Related Posts

  • 10000
    Ma première rencontre tardive avec Butch Walker, l'an dernier, a été une bonne surprise. Il proposait alors une country alternative très classique mais assez bien tournée pour qu'on s'y laisse prendre, avec tout le savoir-faire accumulé depuis des années de pratique de la musique, derrière la guitare, le micro, la…
  • 10000
    Butch Walker, c'est un nom que j'ai souvent croisé. Il faut dire que le quadra a bien roulé sa bosse, passant de style en style, de métier en métier, tout en gravitant toujours autour du rock, que celui-ci soit plus dur, plus punk, plus pop, ou plus americana-folk comme sur…
  • 10000
    Jack White n'aime pas dormir. Que voulez-vous, certains sont allergiques aux poils de chat, d'autres à la papaye, lui c'est le sommeil qui lui donne des boutons. Du coup, il fait de la musique. En plus d'avoir composé un nouveau Dead Weather, il offre ici un écrin musical de choix…
  • 10000
    En 2010, lorsque « The ghost who walks », superbe premier album de la jeune femme voit le jour, beaucoup y voient seulement l’exploitation d’une voix certes splendide par le grand Manitou Jack White, alors compagnon à la ville autant qu’en studio de Karen Elson. Un divorce en 2011, et hop, plus…
  • 10000
    Je ne suis pas trop adepte de la logique « label ». Mais c'est vrai que certains déçoivent moins que d'autres. Et Bella Union en fait incontestablement partie. Aujourd'hui, on découvre donc le troisième album de Billie Lindahl, jeune femme à la voix douce, fragile et envoûtante, qui promène son timbre particulier…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *