STILL CORNERS : The last exit

Duo londonien ayant connu des hauts (un début de carrière auréolé de succès sous l’égide Sub Pop) et des bas (une suite qui ne tient pas forcément ses promesse, un passage par l’autoproduction), Still Corners nous revient aujourd’hui pour faire la paix avec ses origines et son public. A savoir le Texas pour Greg Hughes, et donc une certaine forme d’americana – folk qui, mêlée aux influences pop et au spleen londonien, leur ville de rattachement, aboutit à un style assez classique mais hanté par les grands espaces. Le groupe met d’ailleurs les choses au clair dès son premier single portant le titre de l’album, et dans lequel sa voix Tessa Murray nous balade sur une route désertique. Même les sonorités nous ramènent à des ambiances western, même si Still Corners y ajoute des effets, claviers et rythmes plus modernes, héritage de leurs années dream pop. Le tout me rappelle une Suzanne Santo, une Miranda Lee Richards, une Juanita Stein. Vous voyez l’ambiance ? Alors si vous appréciez ces artistes, aucune raison que vous n’accrochiez pas à Still Corners, qui manie avec autant de délicatesse et de coolitude les mêmes éléments. Bien sûr, certains titres sont moins réussis, les quelques touches de claviers arrivant parfois comme un chien dans un jeu de quilles (c’est flagrant sur « Crying », qui tranche d’entrée), mais l’ensemble est un road trip vraiment dépaysant pour ceux qui apprécient le souffle du vent de Santa Ana sur l’asphalte, la sensation d’écouter de la pop de chambre en plein désert, se laisser porter par la douceur et la chaleur des notes et des voix. Ici ce n’est clairement pas la destination qui compte, mais le voyage !

Instagram

Facebook

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    En 2017, avec « America », Juanita Stein accouchait d’un disque laid back folk joli mais pas transperçant non plus. Une petite année plus tard, la revoici avec, euh, c’est quoi ça ? Un album, un ep ? Je serai tenté de pencher pour la première solution. Les disques d’une demi-heure sont en train…
    Tags: plus, juanita, d, stein, l, the, ne, album, a, c
  • 10000
    En 2014, je découvrais Howling Bells avec « Heartstrings » et en gardai un souvenir mitigé. J’y voyais un potentiel un peu gâché par un positionnement pas vraiment assumé, à cheval entre deux mondes, celui du folk rock indé et celui de la pop plus ouverte. Lorsque ce disque de Juanita Stein…
  • 10000
    Miranda Lee Richards n'a jamais fait partie jusqu'à présent de mon spectre musical. Parce que la dame s'est principalement fait connaître par le biais de ses collaborations avec Brian Jonestown Massacre, dont je n'ai jamais vraiment exploré l'univers. Et que si cet album est sa troisième œuvre en solo, les…
    Tags: miranda, folk, lee, richards, titres, pop, assez, the, ambiances, voix
  • 10000
    Deuxième album pour le duo britannique. Déjà portés aux nues dans leur contrée natale, Tanya Brittain et Sam Kelly ne sont encore que des inconnus chez nous. Et c'est fort dommage. Car leur musique entre folk rock et musique folk traditionnelle fait des merveilles. Lumineuse, simple et pleine de feeling,…
    Tags: the, folk, aux, pop, rock
  • 10000
    Avec son nom évoquant un chef indien anobli, Lord Huron pouvait-il pratiquer autre chose qu'un genre en lien avec les racines, la terre ? Nous voici donc en présence d'un disque de folk rock teinté d'americana, aux accents pop assez marqués, par un groupe qui signe ici un deuxième album assez…
    Tags: assez, aucune, ne, groupe, bien, rock, folk, americana

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.