STEVEN TYLER : We’re all somebody from somewhere

steven-tyler-were-all-somebody-from-somewhere-cover-art

Certains sont plus longs à la détente que d’autres. L’annonce de la séparation d’Aerosmith pour que Steven Tyler se lance dans une carrière solo m’a, comme beaucoup, pris de court, et fait autant sourire que soupirer. Bon, ok, aujourd’hui on vit vieux, les progrès de la science, tout ça, mais bon… Soyons francs ; l’ami Steven s’en est tellement mis dans le pif, à l’instar de Bowie, Jagger et Pop que c’est déjà un miracle qu’il tienne encore debout et soit en si grande forme. Certes, il a potentiellement arrêté les conneries depuis un moment, mais depuis l’hépatite C lui a rappelé qu’il n’était pas éternel. Est-ce cette épreuve qui l’a poussé à s’accomplir en tant qu’artiste et s’exprimer en son nom ? Aucune idée. Mais la question qu’on se pose tous en déballant un tel disque, c’est bien sûr ; est-ce que ça valait le coup ? Et bien je spoile : oui. Steven s’est orienté vers un pop rock countrysant du meilleur effet, entouré comme un grand monsieur de sa stature peut le faire ; une délocalisation à Nashville et hop, c’est la moisson des fines gâchettes du genre. Et donc, très logiquement, l’album sonne à la fois moderne et très authentique, en oubliant jamais la mélodie qui va bien, marque de fabrique du duo Tyler / Perry depuis des années, que la moitié du duo mythique a repris à son compte ici. « We’re all somebody from somewhere » compte quelques singles, mais globalement chaque titre fonctionne aussi bien que les autres.Steven n’y oublie pas ses racines rock pour autant, et on ressent forcément l’influence de ces années passées à faire bouger les stades. D’ailleurs, pour ceux qui auraient zappé, il reprend de façon acoustique « Janie’s got a gun » pour un résultat complètement anecdotique. A part ce faux-pas qui montre tout de même un certain manque de discernement, le reste est donc plutôt très valable, et prouve que l’envie d’ailleurs (le courage ?) n’est pas soluble dans le succès. Bravo.

Paroles de l’album

Site officiel

Steven Tyler : Love is your name

Related Posts

  • 10000
    Bon, autant vous prévenir tout de suite. « Axis Mundi », c'est l'histoire d'une tragédie. Celle de son auteur, David Lamb, atteint d'une leucémie incurable lors de sa conception, et depuis décédé. On comprendra alors que ce disque ne respire pas forcément la joie et évoque plus le crépuscule que les parties…
  • 10000
    On savait Jack White fortement influencé par la musique de ses parents. Influences qu'on avait déjà largement vu transparaître autant sur son album solo précédent que chez les Raconteurs, les Dead Weather ou même au travers de l'album en compagnie de sa dulcinée Karen Elson. Et bien ce "Lazaretto" semble…
  • 10000
    Avec ce nom qui ferait fantasmer nos (hum) grands comiques nationaux tant il est promesse de jeux de mots truculents, The Pines pourrait être perçu comme un groupe comme un groupe de petits rigolos, ou juste un groupe à éviter. Ce serait dommage, car ces américains ont développé depuis leurs…
  • 10000
    « Algiers », le disque précédent des américains, m'avait impressionné et embarqué de nouveau dans l'univers folk / americana / mariachi des américains, presque aussi bien que ne l'avait fait « The black light » en son temps. Autant dire que la perspective d'écouter ce septième album m'effraie autant qu'elle m'excite. « Falling from the…
  • 10000
    Avec son nom évoquant un chef indien anobli, Lord Huron pouvait-il pratiquer autre chose qu'un genre en lien avec les racines, la terre ? Nous voici donc en présence d'un disque de folk rock teinté d'americana, aux accents pop assez marqués, par un groupe qui signe ici un deuxième album assez…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *