SOFT ERROR : Mechanism

Derrière ses allures très urbaines, le duo islandais Soft Error est beaucoup plus sophistiqué et savant. Formé par un dj et un compositeur de musique de film, il propose ici son premier album dans une veine à la croisée du kraut rock et de l’ambiant techno. Pas vraiment un genre très original mais qui a le mérite d’être assez captivant car ses auteurs le canalisent et le maîtrisent à la perfection. Et puisqu’ils ne reculent devant rien, ils ont même choisi d’enrober le tout avec une mélancolie poisseuse et surtout une emphase cinématographique qui prend une large part du spectre. Ce dont on ne se plaindra pas, du reste, car elle apporte à un disque qui aurait pu n’être que bon une dimension et une portée beaucoup plus importante et captivante. Bon, d’accord, il y a dans ce premier album des sonorités qu’on croise un peu trop et qu’on a parfois envie d’esquiver, de contourner. Oui, tous les poncifs ne sont pas évités, certains titres sur la fin nous laissent largement sur notre faim. Mais ce « Mechanism » est assez complexe pour qu’on suive ses rouages avec attention et un peu de fascination. Bref, un bon début !

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Loscil, alias Scott Morgan, n'est pas vraiment un nouveau venu sur la scène electro. Il développe depuis plus de 16 ans un univers electro ambiant détaillé, riche et sombre. Alors forcément, au bout d'un moment, et surtout vu le style pratiqué, la conceptualisation est un passage presque obligé. Ce onzième…
  • 10000
    Les formations étiquetées dark jazz ne sont pas légion, alors chaque sortie du genre est scrutée à la loupe par les fans du genre. Aujourd'hui nous nous interesserons à Fogh Depot, trio moscovite qui, comme souvent, fait se croiser dark jazz et electro-ambiant pour un résultat sombre et créatif. Il…
  • 10000
    Amis de la nuit, bienvenue. Je vais ici vous présenter un nouveau compagnon de route, de ceux qui accompagneront vos errances nocturnes et donneront de l'inspiration à votre subconscient pour bâtir de chouettes univers fantasmagoriques et cauchemardesques. Le duo géorgien se définit comme « dark ambiant expérimental ». Bon, concrètement, le genre…
  • 10000
    Vous devez être nombreux à n'avoir jamais croisé la route de Ben Chatwin, sous son nom ou sous le pseudonyme de Talvihorros. Alors je vais vous brosser un bref portrait du bonhomme. C'est d'Ecosse que nous vient ce compositeur et producteur de musique électronique, et ce qu'il aime, c'est tisser…
  • 10000
    Massimo Magrini, l'homme derrière Bad sector, a tout l'air d'être un passionné de technologie. Le nom de ce projet tout d'abord, rappelant l'informatique. Puis la singularité de son approche : il propose ici 12 titres dont le titre est forcément un mot de cinq lettres terminé par un « s ». Enfin, bien…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *