SMOKEY BASTARD : Back to the drawing room

smokeybastard_backto

Devenir parent, ça change la vie. On s’en rend compte immédiatement par les choses les plus évidentes ; les nuits, les couches, les interactions qui petit à petit se multiplient, et l’attachement animal entre nous et notre progéniture. Mais insidieusement, pas mal d’autres bouleversent notre vie à l’insu de notre plein gré. Pourquoi je vous dis ça ? Parce qu’en écoutant le troisième album de ces anglais, et en dépit de ses grandes et indéniables qualités, je pense… aux chansons du dessin animé Jack et les pirates du pays imaginaire. Bon, en même temps, je ne fais pas complètement fausse route, c’est évident. Comparez donc les deux et osez me dire que les similitudes ne sont pas flagrantes. Mais voilà, ce qui fait de la parentalité un truc bien vicelard, c’est que j’ai beaucoup de mal à voir cet album autrement qu’à travers ce prisme. Et pourtant, je sais ce que je dois vous dire. Que Smokey Bastard s’est formé en 2007, avec l’idée d’égaler ses modèles ricains Dropkick Murphys, et que finalement ils ont amené le folk punk beaucoup plus loin, en grande partie grâce à leur utilisation d’instruments non conventionnels comme le banjo, la mandoline et l’accordéon, qui, adjoints à un style volontiers rapide et à une voix rauque, évoque bien les chansons de vieux loups de mer. Que cet album, le premier sur lequel m’est donnée l’occasion de jeter une oreille, est une pure merveille, et un appel à rattraper au plus vite mon inculture de la carrière de ce combo de Reading. Et que vous feriez bien de vous ruer dessus tant que le navire au port, parce qu’il vaut son pesant de pièces de huit. Mais là, j’ai toujours l’impression de regarder la bande annonce du prochain épisode. Bah, est-ce que ça m’empêche d’apprécier ce disque ? Que nenni, mes amis !

Site officiel

Smokey Bastard : Archipelago

Related Posts

  • 10000
    C'est un nom de groupe bien singulier que celui-ci. Mais en fait, ce groupe américain ne l'a pas inventé : il s'agit du nom d'une série western des années 50-60. Et c'est assez révélateur du genre musical développé ici. Un compromis entre folk rock, rock indé énergique et americana. Ah, et,…
  • 10000
    Curieux de débuter un disque avec un titre aussi inhabituel que « I follow stars not dreams II » ; sorte de ballade mi rock mi macabre accompagnée d'un violoncelle, on la croirait sortie d'un disque des Afghan Whigs. « Prophets » enchaîne avec un côté beaucoup plus rock qui m'évoque un Danzig plus énergique…
  • 10000
    10 titres, 31mn. Trop long pour du grind, trop court pour du sludge ou du noise, ça doit donc être du rock alternatif ou du punk. Bingo. Timeshares est un combo ricain, et « Already dead » son deuxième album. Le premier était apparemment plus virulent ; celui-ci ne crache pas sur le…
  • 10000
    Amis folkeux, bonsoir. Pour ceux (dont je suis) qui ne les connaîtraient pas, les Tossers, nés dans les quartiers irlandais de Chicago, sont le compromis idéal entre les Pogues et les Dropkick Murphys. A la fois très folk et terriblement punchy, le répertoire du groupe sur cet album a tout…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *