SLIPKNOT : 5 – The gray chapter

Slipknot_GrayChapter

On a tous un pote qui ne va jamais dans le même sens que les autres, qui n’aime pas ce qu’aiment les autres, qui n’est pas dans les mêmes délires. Un mec à moitié original et moitié rabat-joie, entre cool et bizarre. Ben ce mec, c’est moi. Par exemple, je suis le gars qui n’a jamais accroché à Slipknot alors que tout le monde les adorait. Mais en plus d’être un peu obtus, je suis obstiné, alors je retente l’expérience régulièrement, histoire de revenir sur ce handicap social vieux de 15 ans. « The gray chapter », donc. Long cinquième album qui fait le grand écart entre riffs assassins, structures un peu plus savantes et mélodicité intermitente. De louables intentions qui éloignent un peu le groupe de ce que je n’aime pas chez lui. Mais hélas pas assez. Et paradoxalement, je trouve cette voix claire pas à sa place, ces passages plus travaillés bizarres, ces soli thrashy hors propos. En fait, j’ai l’impression d’écouter un mélange de Slipknot et de Soilwork. Je sais que les fans vont certainement encore crier au génie, et objectivement, c’est vrai que sur ce coup-là, le combo est parvenu à se réinventer intelligemment. Mais y’a pas, le côté Slipknot me dérange toujours.

Site officiel

Paroles de l’album

Slipknot : The devil in I

Related Posts

  • 74
    « Fuck the world » hurle Robb Flynn à l’ouverture du guerrier « Volatile » qui ouvre ce nouvel album. De la part du bonhomme, cette déclaration fracassante ne surprend qu’à moitié ; habitué à la polémique, on peut comprendre que le frontman en veuille un peu à tout le monde en permanence. Certes, on…
    Tags: plus, metal, metalcore, neo, power, thrash, thrashcore

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *