SLASH : Eponyme

Slash Cover Art

A l’étroit au sein de Velvet Revolver, Slash nous offre ici un vrai premier album solo. Certes, Snakepit était sa bête, mais il s’agissait d’un groupe. Ici, il se paie le luxe d’appeler à la rescousse quelques amis pour habiller vocalement ses titres : Ozzy, Ian Astbury, Fergie, Chris Cornell, Lemmy… Le résultat, c’est un rock passe-partout, du pur AOR (adult oriented rock) comme l’appellent les américains. Rien de désagréable, du groove, des riffs, des refrains… Mais rien de mémorable non plus. Un peu l’image qu’on se fait du rock de routiers et de bikers du pays de l’oncle Sam, en fait. La question est ; en attendait-on vraiment plus ?

Paroles de l’album

Site officiel

Slash : By the sword

Related Posts

  • 10000
    Au bout de combien de temps le fan transi qui attend fébrilement le nouveau disque de ses idoles n'en a-t-il finalement plus rien à battre ? C'est un peu la question sous-jacente de ce « Chinese Democracy », sixième album d'un groupe énorme il y a quinze ans mais qui, à force…
  • 10000
    Je ne suis ni mélancolique de l'époque Guns n' Roses ni fan ultime du genre, mais je dois dire que le premier album de Velvet Revolver (soit le supergroupe formé par les Guns sans Axl mais avec un chanteur de choc en la personne de Scott Weiland, ex-Stone Temple Pilots)…
  • 10000
    Quatorzième album pour monsieur Beck, l’infatigable guitar-hero. Pour ce nouvel opus, Jeff a inclus dans son art une bonne dose d’électronique, sans pour autant dénaturer son jeu le moins du monde. Inventif, technique, le guitariste fusionne à tout va, renforçant au cours des années (décennies devrait-on dire, quatre au bas…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *