SLAINE : The things we can’t forgive

Je n’ai que peu écouté d’albums de Slaine en son nom, mais j’ai toujours apprécié ses apparitions sur La Coka Nostra ou ses featurings avec Ill Bill, Swollen Members, Snowgoons, bref toute une constellation hip-hop indé aux thèmes sombres et flows graves. Le mec n’a jamais été le lyriciste le plus inspiré, mais il a un flow précis, intelligible et efficace, et ça me suffit à vrai dire. « The things we can’t forgive » est le cinquième album du bonhomme, et affiche dès sa pochette des couleurs plus sombres que par le passé. Ce qu’on retrouve au travers des textes, relatant pertes, regrets et actes manqués, autant que faisant le point sur une situation de plus en plus préoccupante et dont le traitement au jour le jour ne laisse que peu d’espoir quant au dénouement final. Les textes semblent ici plus personnels ; le mc a pris le temps de les tourner et retourner, puisque trois ans séparent cet album du projet précédent du bostonien. On appréciera la tentative réussie de proposer autre chose avec une « Chasing ghosts » carrément plus pop mais toujours aussi sombre. Bien sûr, on a l’habitude des collaborations chantées avec un Rite Hook, petit prodige de la scène locale, mais ici c’est poussé un peu plus loin je trouve. De façon générale, ce nouvel opus est plus réussi et homogène que sur « The king of everything else ». Bien sûr, ça n’en fait pas un chef d’oeuvre pour autant, l’ensemble reste assez comparable aux autres acteurs du genre, mais c’est au moins très maîtrisé, et comme dit plus haut, plus personnel et écrit que les autres sorties de Slaine, et rien que pour ça, ça vaut le coup de s’y pencher.

Instagram

Facebook

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    D’abord, les présentations. Diabolic est un rappeur new-yorkais dans la mouvance du hip-hop indie et sombre à la Jedi Mind Tricks, Slaine, Necro & consorts. Le bonhomme s’est fait connaître grâce à un featuring sur un album d’Immortal Technique : dans le genre carte d’embarquement de luxe pour la hype,…
    Tags: a, the, d, plus, on, rap
  • 10000
    Troisième production pour le supergroupe La Coka Nostra. Officiellement, le collectif ne comprend qu'Ill Bill, Slaine, Danny Boy et Dj Lethal (après le départ d'Everlast en 2012), mais on y retrouve toujours la même clique : Sick Jacken (avec qui, tiens tiens, La Coka Nostra monte une tournée commune), Vinnie Paz,…
    Tags: on, the, plus, slaine, rap
  • 10000
    Retour du petit canadien hargneux pour un troisième album solo toujours aussi déviant et sombre. Madchild ne change pas son fusil d'épaule, et s'avère encore une fois parfaitement arrogant et/ou à propos. Ceux qui l'ont croisé au sein de l'excellent collectif Swollen Members savent déjà à quoi s'attendre. Car un…
    Tags: plus, on, the, rap
  • 10000
    La Coka Nostra, c'est un rêve de gosse qui se réalise. Pensez donc : House Of Pain de retour, qui s'acoquine avec Ill Bill, le frangin de Necro, et propose une bombe de 15 titres d'un hip-hop sombre et au côté rock n' roll prononcé, avec des guests de folie…
    Tags: rap
  • 10000
    Quatre ans après "Jump around", les américano-irlandais du trio hip-hop House Of Pain peinent à renouveler le succès phénoménal de leur premier album, et se sentent des envies d'ailleurs. Ce troisième album pourtant assez réussi, comptant des titres classiques mais percutants comme « Fed up », « The have nots » ou « What's that…
    Tags: rap

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.