SKINDRED : Volume

skindred_volume

Musicalement, j’ai du mal à accepter qu’un groupe qui m’a bluffé puisse tout le reste de sa carrière me décevoir constamment. Ne prenez pas ça pour de l’optimisme, ce serait bien mal me connaître. C’est juste… de la logique. Skindred, donc. Le combo de Benji Webbe, je l’avais adoré sur ses deux premiers albums. Et puis, plus rien ou presque. Le groupe se répétait, se parodiait même, et finalement, j’éprouvais plus de gène que de plaisir à l’écoute de ses disques. Et pourtant, j’ai toujours envie d’y croire. Aussi parce qu’avant Skindred, il y avait Senser, et que Senser était assez énorme. Bon. « Under attack » démarre la marche de façon très classique, mais passe assez bien. Même chose pour une « Volume » qui recycle quand même pas mal les bonnes idées du combo, suivie de près par « Hit the ground », qui relève pas mal le niveau. « Shut ya mouth », en revanche, ne me convainc pas du tout ; trop metal, trop grossier. L’interlude « I » interroge, avec son côté très reggae ; s’agit-il d’un album en deux parties ? The healing » nous fait penser qu’il ne s’agissait que d’une fausse piste ; ce titre renoue avec le neo metal et en même temps lui apporte une dimension pop et accrocheuse qui fait tout le sel de Skindred. Hélas « Sound the siren » retombe dans l’excès de « Shut ya mouth » et laisse un goût amer. Heureusement ce sera vite balayé par une « Saying it now » assez excellente… Bref, un disque de Skindred, c’est un éternel va et vient entre le très bon et le passable. Et oui, Benji est toujours aussi roublard, prenant soin de ménager la chèvre et le chou, et ratissant large, du neo metal au ragga en passant par le punk, la pop, le rap metal… « Volume » est plutôt agréable, les très bons titres faisant patienter l’auditeur pendant les moins bons. Certainement pas indispensable, pas du tout novateur, mais valable !

Site officiel

Paroles de l’album

Skindred : Under attack

Skindred : Volume

Related Posts

  • 10000
    On m'a toujours accusé d'avoir des goûts bizarres en matière de musique. Tenez, par exemple ; si je ne crache pas sur un petit reggae en de rares occasions, j'ai horreur du raggamuffin. Pourtant, lorsque « Babylon », premier album de Skindred, groupe qui se qualifie de « ragga metal », j'ai été l'un…
  • 10000
    Deuxième acte pour les ex-Dub War, qui avaient créé la surprise avec "Babylon", un album très réussi qui mêlait avec savoir-faire raggamuffin et neo metal, reprenant la logique des Bad Brains et la poussant un peu plus loin. Un album que j'avais adoré, moi qui ne peut supporter de subir…
  • 10000
    Les Bad Brains ou le premier groupe à pratiquer le crossover punk hardcore – metal, à être composé de blacks uniquement et à associer le rastafarisme à tout cela. Non, ce n’est pas une blague. HR et sa bande, non contents d’être reconnus comme référence par le mouvement punk, ont…
  • 10000
    Là, je suis scié. Scié que ce soit Relapse qui m'envoie dans les esgourdes un combo de la teneur musicale de Pinkish Black. Car de metal, il n'en est pas vraiment question sur ce troisième album du duo. Certes, la musique du combo est assez sombre, et on perçoit ça…
  • 10000
    Quelques années après sa mort, on en finit plus de chercher les héritiers de Zappa. Quelques mois après leur reformation, on guette les traînées de génie de Faith No More, celles-là même qui génèrent de jeunes pousses prometteuses. Voici aujourd'hui que ces recherchent se croisent et convergent là, sous nos…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *