SKELETHAL : Of the depths…

On ne va pas se mentir ; quand je commence à écouter certains disques, je sais (ou je pense savoir) où j’en serai à la fin de l’écoute. C’est pour ça qu’il m’arrive très rarement d’avorter une critique. Prenons ce premier des lillois ; je n’ai même pas besoin de passer la porte pour savoir où elle mène. Dès la pochette et la graphie du nom de groupe je sais qu’il s’agit de bon gros death metal qui tâche, et je mets une option pour le old school suédois. Je ne lance pas l’écoute en espérant être ébahi, retourné par une créativité débridée, mais juste en me disant qu’avec un peu de chance, « Of the depths… » sera assez carré, classique et bien produit pour me faire passer un moment agréable et régressif. Première constatation : la pochette est superbe, et en plus réalisée par l’un des membres du duo ; bravo. Deuxième point : la production est impeccable pour le genre : on se croirait revenus à l’époque. Le son est étouffé juste ce qu’il faut, les guitares sont tranchantes à souhait, les soli sont limpides, l’ensemble donne une atmosphère claustrophobique, comme un cocon difforme dont on attend l’éclosion de quelque horrible créature. Bon, j’aurai bien aimé que la batterie sonne de façon plus puissante et que la basse ressorte plus, mais bref, c’est sympathique, et déjà très impressionnant pour un « newcomer » (même si le groupe a déjà travaillé avec pas mal de monde au final). Et chose importante, si chacun des onze titres suit les chemins déjà arpentés par les grands maîtres du genre (Entombed, Unleashed, Dismember d’ailleurs repris en fin de parcours…), l’ensemble est un melting-pot malin (à défaut d’être personnel). On s’y laisse donc facilement prendre, et on suppute que ça doit être pas mal du tout non plus en live. Un bon plan retro death !

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Si « Left Hand Path » avait propulsé le groupe suédois en pôle position de la scène death metal européenne, coupant l'herbe sous le pied de toute la concurrence avec un son sourd, sec et tranchant, son successeur n'en est pas moins important dans la carrière des ex-Nihilist et du genre. Car…
  • 10000
    Tout chez Entrapment sent bon le respect des traditions ; une pochette très nineties, un son grave à la scandinave, des titres ramassés et mid-tempo, un côté très rock... Impossible de ne pas évoquer Entombed à l'écoute de ce troisième album des hollandais. Mais est-ce aussi réussi qu'un disque de nos…
  • 10000
    L'annonce de l'arrivée de Nick Holmes, vocaliste de Paradise Lost, au sein du supergroupe de death Bloodbath, a forcément fait grand bruit. Alors ce nouvel album de nos brutes de service est donc un passage obligé pour tout amateur de metal extrême, autant par respect et admiration pour les deux…
  • 10000
    Parce qu'il y aura toujours de la place dans mon cœur pour un bon petit disque de death metal old school, je me devais de jeter une oreille sur ce nouvel et douzième album des suédois d'Unleashed. « Dawn of the nine » met encore une fois la mythologie scandinave à l'honneur.…
  • 10000
    Vanhelgd est suédois, et ça s'entend. Je ne connaissais pas le groupe il y a 5 minutes, mais on y retrouve le son de guitare caractéristique du dark/death metal des 90's, celui des Entombed, Unleashed et Dissection. Mais voilà, là où certains se contentent d'essayer maladroitement de singer un son…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *