SIMON COLLINS : Becoming human

Quatrième opus pour Simon Collins. J’avais fait l’impasse sur les précédents efforts du « fils de » parce que, de ce que j’en avais entendu, ils étaient très typés rock prog, et je m’attendais à tomber dans le piège de la comparaison et du combat ancienne garde / nouvelle garde. Mais le batteur / chanteur / clavier (tiens tiens…) s’est apparemment petit à petit affranchi de son héritage, pour verser dans un style plus ouvert sur l’electro, plus axé sur l’émotion que sur l’efficacité. Voyons ça. « Into the fray » lance les hostilités avec une intro pour le moins spatiale, nous amenant sur une « Becoming human » qui, à ses débuts, nous fait vraiment penser que ce disque va verser dans l’ebm. Mais on bifurque très vite sur un refrain très pop, trop à mon goût. La coloration est cependant très electro, avec des accointances industrielles, ce qui se confirme sur « The universe inside of me ». Pas un mauvais titre non plus, même si je continue à trouver ça trop gentillet. La structure de « Man man » est plus intéressante et triturée. Hélas, on repart vers le prog « grand public » avec une « This is the time » très orchestrale… Et ainsi de suite jusqu’au terme de l’album. Oui, je vous la fais courte, parce que, je l’avoue, j’ai moi-même avorté l’écoute assez vite. Je ne peux raisonnablement pas dire que « Becoming human » soit mauvais ou léger ; il contient de jolis arrangements, des tas de structures savantes, des plans (notamment de batterie) très intéressants… Mais quand même, qu’est-ce que je m’emmerde ! Et paf, je me mets à comparer quand même, comme un vieux con, et je me dis que si on peut vraiment parler de prog ici, c’est du prog nouvelle génération… avec une patte AOR assez rétro. Un positionnement pas facile pour mes oreilles, que je ne comprends ni ne partage en tout cas.

Facebook

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    J’ai un disque de retard sur Lunatic Soul. Et pour être franc, ça s’entend. Car là où je m’attendais à retrouver un rock progressif sombre à la limite du rock dur mais traversé de passages ambient… Je me retrouve face à une electro ambiant mâtinée de pop progressive. Oui, je…
    Tags: l, on, me, the, rock, ne, assez, vraiment, electro, progressif
  • 10000
    Le monde est petit, c'est ce qu'on dit. Voici un adage plein de sagesse qui s'applique d'autant plus à une scène comme le rock progressif planant. On y croise donc souvent les mêmes références, les mêmes personnages. Nosound est une formation transalpine qui fait dans le prog soft, de ceux…
    Tags: rock, plus, prog, on, vraiment, assez, petit, progressif
  • 10000
    Arabs In Aspic est une formation norvégienne qui nous sert avec « Madness and magic » son septième album. A en croire l'artwork, et à vrai dire la musique également, vous pourriez penser que je vous sers une fois de plus un « oldie but goodie » dont j'ai le secret. Il faut dire…
    Tags: rock, plus, progressif, on, assez, prog
  • 10000
    Groupe de rock progressif italien à la carrière exceptionnellement courte, Corte Dei Miracoli n’en a pas moins signé l’un des meilleurs disques du genre ici. Assez proche de ce qu’on peut trouver chez ses collègues de Banco Del Mutuo Soccorso, ce premier album s’avère toutefois globalement plus raide, moins orienté…
    Tags: l, plus, assez, ne, on, m, prog, rock, progressif
  • 10000
    Cultiver le mystère, jouer sur les symboles ésotériques, tout ça ressemble à s’y méprendre aux obsessions des chantres du metal extrême. Pas de ça ici. Z’M est une formation à la personnalité tout aussi affirmée mais aux couleurs plus chamarrées. Une musique dont le la est donnée par la guitare,…
    Tags: plus, m, rock, l, prog, ne, progressif, electro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *